×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Le think tank des dépositaires centraux

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5491 Le 09/04/2019 | Partager
    fathia_bennis_091.jpg

    Pour Fathia Bennis, PDG de Maroclear, «Le changement est en marche et il est irréversible. Les régulateurs intègrent aujourd'hui les opportunités que présente la Blockchain pour le développement des marchés financiers et l’inclusion financière des marchés émergents» (Ph. Maroclear)

    C’est aujourd’hui que démarre le 5e forum mondial WFC (World Forum Conference of Central Securities Depositories) où 300 experts de 90 pays sont attendus. Les dépositaires de titre dans le monde vont se pencher sur les grands changements du marché financier. Entretien avec Fathia Bennis PDG de Maroclear et organisateur de ce 5e  forum mondial.

    - L’Economiste: Quel est le rôle du forum des dépositaires centraux, une institution assez peu connue?
    - Fathia Bennis:
    Le WFC est une institution qui a vu le jour en 2011 suite à une initiative des associations régionales des dépositaires centraux. Elle répond au souhait de créer un cadre d’échange d’expériences, un lieu de débat sur les questions d’intérêt commun ainsi qu’un levier de renforcement des engagements des associations régionales pour consolider leur développement et leur influence dans le secteur de l’industrie des titres. Il faut dire que  le WFC est une institution peu connue du grand public, comme les dépositaires centraux d'ailleurs.  Toutefois, avec la succession des éditions précédentes, en raison de la qualité des échanges et des intervenants, nous assistons aujourd'hui à une demande croissante des grands organismes financiers à rejoindre nos associations régionales et par ricochet le WFC. Il faut dire que le métier de dépositaire central reste très technique mais néanmoins incontournable pour le développement d’un marché financier. En effet, la sécurité, la transparence et l’adoption des standards sont des ingrédients essentiels pour gagner la confiance des investisseurs.

    - Le thème du forum porte sur les grands changements du marché financier. Pensez-vous que 2019 sera l’année de la Blockchain?
    - Le changement est en marche et il est irréversible. Des alliances existent déjà pour relever ce challenge qu'est la Blockchain. D’autres technologies sont aussi importantes, notamment l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning qui vont révolutionner les usages. Cette année marquera ainsi un tournant dans l’adoption de la Blockchain et dans les Fintech en général. Cette technologie «à registre distribué» a en effet gagné en maturité, mais le plus intéressant reste le changement de position des régulateurs quant aux opportunités que présente la Blockchain pour le développement des marchés financiers et l’inclusion financière des marchés émergents. A juste titre, les autorités de régulation européennes y voient un moyen d'améliorer l'activité post-marché. Réputé infalsifiable, le champ d’application de la Blockchain est vaste en raison de ses fonctions de registre authentifiant et d'automatisation décentralisée. Au Maroc, les évolutions réglementaires nécessaires sont déjà enclenchées.

    - Comment voyez-vous l’avenir du marché financier marocain?  
    - Nous sommes conscients des changements en cours et nous en sommes même une partie prenante. Nous sommes en train d’élaborer une feuille de route de transformation digitale pour les cinq prochaines années. Les travaux sont bien avancés et s’appuient sur des axes de développement stratégiques, notamment l’achèvement de la digitalisation de nos processus, l’ouverture de nos systèmes d’information avec la promotion de l’utilisation des API, la gouvernance de la Data, la stratégie de cyber sécurité et la diversification des services, avec là encore une attention particulière à l’adoption de la Blockchain. Nous restons par ailleurs convaincus que le développement du marché financier marocain implique tous ses acteurs. Ils doivent joindre leurs efforts pour la création d’un écosystème agile et propice à l’innovation au service de notre stratégie commune, à savoir : hisser la Place de Casablanca en hub régional.

    - Où en êtes-vous dans le développement du plan stratégique et de vos ambitions à l’international?
    - Au cours de ces dernières années, nous avons fait évoluer nos plateformes pour traiter les opérations, non seulement en monnaie locale mais également en devises étrangères. Sur le même registre, nous avons renforcé nos liens de coopération Sud-Sud: d’une part à travers des conventions de partenariat avec nos homologues en Afrique (Côte d’Ivoire, Nigéria, Egypte...), d’autre part en répondant aux sollicitations d’assistance et de partage d’expertises sur plusieurs marchés africains. Cela nous a permis de réaliser des projets d’importance systémiques, comme la mise en place d’un dépositaire central au Gabon ou encore le système d’adjudication et de dénouement des obligations des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO). Plus récemment, notre expertise reconnue nous a permis d’être sollicité par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale pour réaliser l’unification du marché financier de la région Cemac (Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale). Fidèle à ses orientations stratégiques fixées, Maroclear continue par ailleurs à étoffer son offre de services au marché national et à préparer un environnement adapté pour soutenir l’essor du pôle Casablanca Finance City.

    - Décrocher le WFC, c'est un joli coup. Quel atout avez-vous sorti de votre manche?
    - Nous avons constitué un dossier de candidature solide avec tous les détails nécessaires au bon déroulement de l’événement, que seules quelques métropoles dans le monde ont eu l’honneur d’organiser: Cape Town, Saint Petersbourg, Cancun et Hong Kong. Le WFC sera une nouvelle occasion pour Maroclear de contribuer au rayonnement du Maroc, dont la capacité à organiser des grands événements internationaux, est éprouvée.

    Propos recueillis par Badra BERRISSOULE

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc