Régions

Fès/Eclairage public: Un crédit FEC pour concrétiser le projet de SDL

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5446 Le 05/02/2019 | Partager
La mairie signe pour 275 millions de DH, son partenaire mise 366 millions de DH
Taux de 6%, remboursement à partir de la 5e année, efficacité énergétique… les conditions du prêt
fes-eclairage-public-046.jpg

Certains élus contestent le concept même de la SDL. Pour eux, il serait plus opportun d’encourager un établissement public existant (Radeef) qui a du métier que de créer une nouvelle société qui chercherait d’abord des bénéfices... (Ph. L’Economiste)

Contracter un nouveau crédit (de 275 millions de DH) pour financer la création d’une Société de développement local (SDL) en charge de la gestion de l’éclairage public de Fès. C’est le principal point à l’ordre du jour de la session communale qui se tiendra ce mercredi 6 février 2019.

En fait, Driss El Azami El Idrissi soumettra cette proposition à l’appréciation des conseillers communaux de la capitale spirituelle. Ceci, alors que sa mairie «croule sous les dettes». Une situation «héritée» qui limite la marge de manœuvre de l’actuelle équipe au pouvoir. D’où son recours à… l’endettement pour sortir de terre un des projets phares promis par le premier responsable de la ville. Décryptage exclusif.

■ Un crédit du Fonds d’équipement communal…
En novembre dernier, le maire de Fès tentait de reconquérir les arrondissements. Lors de sa campagne, El Azami évoquait les dettes de son conseil communal. Celles-ci s’élèveraient à plus d’un milliard de DH. «Nous payons annuellement 150 millions d’arriérés. En plus, nous n’avons pas la chance qu’avaient nos prédécesseurs en mobilisant le foncier des champs de courses (630 millions de DH) et celui d’oued Fès 1 et 2 (70 millions de DH)», insistait alors le maire.
Aujourd’hui, les arriérés et dettes limitent le champ d’intervention de l’actuel bureau. Aussi le Fonds d’équipement communal (FEC)(1)  a-t-il été sollicité pour un nouveau crédit de l’ordre de 275 millions de DH, avec la quasi-certitude de l’obtenir. «Notre partenaire dans la création de cette SDL engagera, dès les 3 premières années, des investissements de plus de 360 millions de DH. Nous ferons des économies annuelles en énergie de 12 millions de DH, et ce dès le premier exercice», explique El Azami. En outre, la Commune économisera 32 millions de DH en matières d’entretien. Car, tous les équipements (lampadaires, armoires…) seront remplacés en matériels LED flambant neuf. Par ailleurs, le crédit, contracté à un taux de 6%, devrait être remboursé à partir de la 5e année. Ce qui signifie que ce sera au prochain bureau de payer les ardoises héritées…

■ Le maire promet d’illuminer intelligemment Fès à… 97%
Passer d’un taux de disponibilité en éclairage public de 50% (actuellement) à 97%... C’est ce que promet El Azami pour «illuminer» Fès «intelligemment», en réduisant la facture énergétique d’au moins 60%. Le maire promet aussi la baisse de la consommation d’au moins 57,6%. Enfin, le taux de vétusté des nouveaux équipements ne devrait pas dépasser 8%.
Mais qu’en est-il des arriérés de la Commune envers la Radeef et qui s’élèveraient à plus de 350 millions de DH? Le maire n’en parle pas. «Où iront les équipes de la Régie en charge notamment de l’éclairage public? Et pourquoi ne pas les maintenir et renforcer leurs moyens (par les crédits demandés)? D’autant que la mairie siège également au conseil d’administration de la Régie. Il serait plus opportun d’encourager un établissement public existant qui a du métier que de créer une nouvelle société qui chercherait d’abord des bénéfices... Ce sont là les interrogations des élus de l’opposition. En face, le maire souhaite un nouveau modèle de gouvernance. Et ce, à l’issue d’un long processus de tractations (discussions, sessions, votes, AMI…).

■ Efficacité énergétique et financière… en priorité
La nouvelle SDL, en vertu de son cahier des charges, entamera la rénovation, l’extension, la maintenance et l’exploitation des installations du réseau de l’éclairage public de Fès, dont le parc est constitué d’environ 68.094 points lumineux. En attendant, les équipements affichent actuellement des taux de vétusté de 30% pour les réseaux aérien et souterrain, 20% pour les armoires de commandes et candélabres et jusqu’à 68% pour les luminaires. La nouvelle SDL investira 366 millions de DH pour chambouler le secteur. Constituée par la Commune de Fès à hauteur de 51% et l’opérateur privé à hauteur de 49%, celle-ci aura pour performance d’assurer un taux de disponibilité d’environ 97% et une baisse de la consommation annuelle d’environ 60%. Le contrat stipule une durée de 15 ans, et la reconstruction du réseau en LED (66.312 luminaires Schreder), l’acquisition de 8.090 candélabres, et la mise à niveau de 35.000 m linéaires du réseau aérien, et 92.000 m linéaires du réseau souterrain. La reconstruction de 210 armoires et la télégestion de la totalité des armoires de la ville (1.036) figurent également au programme. En outre, le coût d’exploitation sur la durée du contrat s’élèvera à quelque 216,6 millions de DH.

■ Décharge publique, caméras, quartiers sous-équipés… aussi
Au total, 22 points seront débattus lors de la session communale de ce 6 février. Y figurent notamment l’approbation de la révision du prix de la tonne de déchets transférés à la décharge publique (qui passera de 40 à 48 DH), l’appui de la préfecture de police pour le renfoncement de la vidéosurveillance et du matériel informatique, ainsi que la validation du partenariat pour la mise à niveau des quartiers sous-équipés. La discussion de l’avenant relatif à la gestion déléguée du transport public ainsi que l’aménagement des emplacements de stationnement des petits taxis est également prévue.

Fès Inarati

Pour rappel, c’est après plusieurs mois de négociations et à l’issue d’un appel à manifestation d’intérêt (AMI) que la mairie a révélé, le 25 juillet 2018, son partenaire dans la future SDL en charge du secteur de l’éclairage public. Il s’agit du groupement de sociétés marocaines «Citelum/Nabilum» qui créera, avec la ville, la société «Fès Inarati». Cette SDL aura pour objet de réduire la facture énergétique de la ville d’au moins 60%. Signalons que l’aboutissement du processus de sa création jouit de l’approbation de la convention par le ministère de l’Intérieur et «ce conformément à la loi organique relative aux communes».

-----------------------------------------------------

(1) Le FEC est un établissement public créé en 1959 et spécialisé dans le financement des projets des collectivités territoriales. C’est une banque publique qui octroie des crédits aux collectivités territoriales pour la concrétisation de leurs projets dans les domaines d’équipement, d’éclairage public, de transport public, d’espaces verts,... A noter que les financements du FEC au profit des collectivités territoriales ont atteint, depuis sa création, quelque 50 milliards de DH et ont permis de financer 5.400 projets de développement dans les différents domaines relevant des compétences de ces dernières.

De notre correspondant permanent, Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc