Economie

Tourisme: Tanger montre sa résilience

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5377 Le 23/10/2018 | Partager
Les niches affaires et incentive commencent à prendre, le balnéaire toujours au top
De nombreux atouts, mais des défis persistent comme la connectivité
tourisme-tanger-077.jpg

Au confluent de la Méditerranée et de l'océan Atlantique, Tanger la blanche garde tout son attrait en tant que destination balnéaire. En revanche, le tourisme d'affaires dopé par le virage industriel commence à prendre une réelle ampleur (Ph. Adam)

Tanger, destination touristique en croissance. L’une de ses réussites est d’avoir su diversifier sa clientèle et ses niches de développement. Le créneau qui se développe le mieux est celui du tourisme d’affaires qui a réussi à prendre le dessus sur celui de loisirs.

Le «business» profite amplement du développement industriel de la ville avec un secteur automobile qui a le vent en poupe. Une tendance qui s’inscrit dans la durée et sur laquelle les opérateurs ont misé en investissant dans la qualité de service. L'autre filière promise à un fort développement est celle des croisiéristes pour laquelle d'importants efforts de promotion ont été déployés en plus d’investissements conséquents.

C’est le cas au port de Tanger-ville où un quai a été dédié à l’accueil des grands paquebots, une première au niveau du Maroc. Mais il faudra du temps pour que le secteur décolle, les opérateurs programment leurs voyages plusieurs années à l’avance. La plupart des marchés traditionnels de Tanger et région sont en nette croissance, ce qui la place dans une bonne position.

C’est le cas avec les deux piliers du tourisme international au Nord que sont le marché espagnol et son homologue français qui connaissent des augmentations à deux chiffres, de même pour le marché anglais. De grands espoirs sont fondés sur le marché italien avec l’ouverture d’une première connexion aérienne directe. Même focus sur les touristes chinois et indiens, marchés qui ne peuvent exprimer tout leur potentiel faute de liaisons directes.

Ce chapitre résume le gros des soucis des opérateurs. Les connexions aériennes dont dispose la ville de Tanger et sa région ne lui permettent pas d’accélérer. Il est vrai que lors des dernières années, la ville a vu croître le nombre de connexions avec des capitales européennes, la dernière en date avec la métropole italienne de Milan.

business_en_force_077.jpg

Tanger a réussi en 2017 à largement dépasser le million de nuitées. En 2018, le chiffre est promis  à une croissance de 25%, une tendance portée par le tourisme d’affaires qui est devenu la nouvelle manne de la ville et de sa région

Les connexions long courrier en direct tardent par contre à voir le jour et les touristes sont obligés de passer par le hub de Casablanca. «Nous sommes actuellement en pourparlers avec la RAM pour mettre en place plus de fréquences quotidiennes sur la ligne Tanger-Casablanca afin de raccourcir les délais d’attente des passagers en escale», précise Abdelghani Ragala, directeur du CRT de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, en attendant les vols directs.

L’année dernière, la ville a dépassé, pour la première fois de son histoire, la barre du million de nuitées. Avec 1,24 million de nuitées enregistrées, Tanger pulvérisait tous ses records. Pour cette année, plusieurs opérateurs avaient paniqué au début du mois de juillet face à la tiédeur avec laquelle démarrait la saison, mais dès août, l'activité a repris de plus belle, permettant à la ville et sa région de connaître l’une de ses meilleures saisons, note Abdelghani Ragala.

Des impressions qui attendent toutefois d'être corroborées par les chiffres officiels. En effet, la lenteur de la montée en régime des MRE et les soubresauts de la clientèle saoudienne avaient plombé les arrivées avec une quasi-stagnation des chiffres pour juillet, un accident de parcours rattrapé largement lors du mois suivant.

Pour 2018, si les choses se poursuivent sur le même rythme, les prévisions tablent sur un nouvel record en dépassant la barre du million et demi de nuitées, comme le présage le directeur du CRT, avec en prime une augmentation de 3 points supplémentaires pour la durée moyenne de séjour.

                                                                              

La crème des TO était là!

Pari réussi pour la Bourse régionale du tourisme qu’a accueillie le palais Moulay Hafid le week-end dernier à Tanger. L’événement organisé par le CRT en partenariat avec l’ONMT a  tenu ses promesses. Pas moins de 2.700 réunions ont été tenues entre les 150 opérateurs présents lors des rencontres B to B, indique le patron du CRT. Une grande partie du mérite revient à la mobilisation de l’Office et surtout de ses équipes à l’international, insiste Ragala.

Les délégués de l’ONMT ont réussi à ramener des opérateurs touristiques de 14 destinations différentes, dont certaines à fort potentiel comme la Chine représentée par un groupe de 26 agents de voyages ou encore la Belgique avec une trentaine. Même certains marchés asiatiques à fort potentiel comme l’Inde ont été présents.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc