×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    73e AG de l’ONU: Les débats se poursuivent à New York

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5359 Le 27/09/2018 | Partager
    Macron défend l’accord de Paris sur le climat
    Le Maroc fait entendre sa voix

    Dans un palace new-yorkais qui a appartenu à Donald Trump dans les années 1990, Emmanuel Macron et quelques dirigeants mondiaux se sont retrouvés, mercredi 26 septembre 2018. Et ce, afin de ranimer l’accord de Paris sur le climat, encore une fois sans le président des Etats-Unis.

    Le président français voulait faire de ce «One Planet Summit», organisé avec la Banque mondiale et l’ONU (en même temps que la 73e AG de l’ONU qui se poursuit jusqu’au 1er octobre 2018), un rendez-vous de mobilisation annuel.

    Au fil de la journée, des millions et des millions de dollars d’actions nouvelles devaient être annoncés pour «décarboner» l’économie mondiale, aider les pays vulnérables à parer au pire et financer la transition écologique des pays en développement, notamment en Asie et en Afrique. C’est de la géopolitique que Donald Trump a axé son discours au Conseil de sécurité.

    Le président américain a dénoncé l’agressivité «croissante selon lui», de l’Iran, que les Etats-Unis vont à nouveau sanctionner, s’en prenant aussi à la Russie sur la Corée du Nord et à la Chine sur les prochaines élections parlementaires américaines. Emmanuel Macron, qui prône le dialogue avec Téhéran, a souligné que la crise iranienne ne pouvait se réduire à une «politique de sanctions».

    «Nous devons bâtir ensemble une stratégie de long terme pour la gestion de cette crise», a-t-il dit. Mardi, parmi les premiers à fouler la tribune de l’ONU pour l’Assemblée générale annuelle à New York, Donald Trump et Hassan Rohani s’étaient violemment affrontés.

    A propos du conflit israélo-palestinien, le président américain a promis un plan de paix d’ici quatre mois, et s’est montré confiant sur un retour des Palestiniens à la table des négociations. Il s’est pour la première fois dit favorable à une solution à deux Etats pour régler ce conflit. «Ces propos ne sont pas soutenus par des actes», ont déploré les Palestiniens.

    Au Conseil de sécurité, et notamment à la Chine et à la Russie, Donald Trump a demandé un respect strict des sanctions de l’ONU contre Pyongyang jusqu’à sa dénucléarisation. Sur la Syrie, le président américain s’en est pris directement à la Russie, alliée de Damas et principal obstacle à l’adoption de nombreuses résolutions de l’ONU sur ce conflit vieux de sept ans. La «boucherie dans ce pays est rendue possible par l’Iran et la Russie», a-t-il dénoncé.

    El Othmani devant l’AG de l’ONU

    La participation du Maroc aux travaux de la 73e session de l’Assemblée générale des Nations unies, qui se tient actuellement à New York, est l’occasion de défendre les intérêts du Maroc et la cause de son intégrité territoriale. C’est ce qu’a affirmé le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, qui a également mis en avant les autres sujets d’intérêt de cette session, en particulier ceux ayant trait à la paix mondiale, la sécurité, la migration et la santé, soulignant que le Maroc participe activement aux débats sur ces questions. Le Roi Mohammed VI a adressé un message aux participants à la Réunion de Haut Niveau sur l’initiative «Action pour le maintien de la paix», qui s’est tenue mardi 25 septembre soir à New York, en marge de l’Assemblée.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc