Economie

Collecte des ordures: Les finalistes dans les starting-blocks

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5352 Le 18/09/2018 | Partager
Après l’ouverture des plis, la phase d’étude des dossiers en cours
4 entreprises ont postulé pour la collecte et 11 pour la décharge de Médiouna
Bras de fer avec les éboueurs à la veille de l’attribution des marchés
casa-dechets-1-052.jpg

Que ce soit dans les quartiers populaires ou au centre-ville, des tas de détritus se sont amoncelés à partir du jeudi 13 septembre. Des odeurs pestilentielles s’en dégagent, surtout avec le pic de chaleur et les premières précipitations de la semaine dernière 

Les relents de la crise chronique des ordures ménagères à Casablanca se font sentir. Et les semaines prochaines promettent quelques rebondissements sur ce dossier. La ville s’apprête à trancher sur les nouveaux délégataires de ce service, après le départ inopiné de Sita et Averda.

Des milliers de salariés du secteur, affiliés à l’UMT et la CDT, ont choisi ce timing pour lancer une grève largement suivie. Résultat: des montagnes d’ordures s’ammoncellent un peut partout: centre-ville (11 Janvier, Mustapha Mâani, ancienne Médina…), Maârif, Anfa, Sidi Belyout, Mers Sultan, El Fida, Sbata, Ben M’Sick … Certes, la situation se rétablit lentement, mais elle risque de s’envenimer à tout moment.

Les syndicats n’entendent pas lâcher prise avant d’arracher des compromis à la commune urbaine de Casablanca (CUC). «On ne peut exiger la qualité du service, sans améliorer la situation des éboueurs», insiste Chouaïb El Hirech, représentant de l’UMT à Casablanca.

Parmi les revendications des grévistes figurent une revalorisation des salaires toutes catégories confondues (25%), une couverture médicale complémentaire, le retour des salariés renvoyés, l’augmentation des primes (notamment rentrée scolaire et Aïd Al Adha), l’intégration des intérimaires…

Aujourd’hui, les représentants des éboueurs haussent le ton, tout en tenant un discours qui se veut conciliant. «Nous avons fait preuve de bonne foi durant cette période transitoire qui a duré une année, au lieu de 6 mois, mais les promesses faites par les élus en charge de la propreté n’ont pas été tenues», déplore la même source syndicale.

casa-dechets-ordures-2-052.jpg
 

La grève de 4 jours a été finalement écourtée à 2. Et lundi 17 septembre, les services de collecte et de nettoiement ont repris normalement, en attendant les résultats des négociations avec les responsables de la commune. Une réunion devait se tenir hier lundi entre les représentants syndicaux et Mohamed Haddadi, vice-président du Conseil de la ville en charge de la propreté. Mais, à l’heure où nous mettons sous presse, rien ne filtrait encore sur l’issue des négociations.

Ce blocage n’est pas sans rappeler la période ayant précédé la désignation de Sita et Averda en 2014. Plusieurs semaines de grèves ont ponctué cette année faisant de Casablanca un dépotoir à ciel ouvert avec des volumes record de détritus à tous les coins de rue. Une situation qui risque encore de se reproduire faute d’accord entre les deux parties.

A signaler que les deux marchés décisifs pour la propreté (la collecte des déchets et la gestion de la décharge de Médiouna) sont aujourd’hui en phase d’étude de dossiers. Celle-ci doit prendre plusieurs semaines avant de désigner finalement les prochains délégataires.

Pour la collecte et le nettoiement, 4 sociétés sont en lice pour 8 lots (chaque lot comprend 2 arrondissements). Il s’agit de Derichbourg (France) Mecomar (Maroc), Averda (Liban) et NORM (Turquie). Les 3 premières entreprises sont favorites dans la course, puisqu’elles assument depuis un an la collecte durant la période provisoire après le retrait de Sita (avant le terme de son contrat).

La gestion de la décharge de Médiouna intéresse visiblement plus de monde. Onze entreprises ont présenté leurs offres en réponse à l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) lancé en juin dernier. Parmi lesquelles figurent Entsorga Italia, groupement Lotus Engineering (Corée)/SOS/Dohwa, groupement Energy China/ Somagec//Moldec Halector (Grèce), CNIM (France), Conch Venture (Chine), Plamb, Urbaser Emar (France).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc