×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Le temple du tapis, Dar Si Saïd, rouvre ses portes

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5315 Le 16/07/2018 | Partager
    Il passe sous le giron de la Fondation nationale des musées du Maroc
    Le musée de tissage et du tapis rend hommage aux artisanes et au patrimoine culturel
    dar-si-said.jpg

    Le musée de tissage et de tapis Dar Si Said dispose d’une collection de 300 tapis représentant toutes les régions productrices marocaines, dont le Haouz, le Haut Atlas, le Moyen Atlas ou encore, l’Oriental (Ph. Musée Dar si Said)

    Le musée Dar Si Saïd retrouve ses lettres de noblesse. Il vient de rouvrir ses portes après plusieurs mois de rénovation et, dans la foulée, il change de nom et devient le Musée national du tissage et du tapis. Il passe aussi sous le giron de la Fondation nationale des musées du Maroc (FNM), avec Mehdi Qotbi aux commandes des musées nationaux. Il a fallu d’abord rénover le site, le beau riad qui abrite le musée. Une rénovation  qui a été réalisée grâce au concours de plusieurs institutions privées. «C’est la première condition pour que les gens aient envie d’y venir», insiste Qotbi. Outre la rénovation des lieux, il a fallu créer une véritable structure muséale avec des parcours de visite. 
    L’objectif est de rendre hommage aux centres de production de tapis, à la fois rural et citadin, tout en gardant intact l’esprit du lieu.

    dar-si-said-1.jpg

    Le musée de tissage et de tapis Dar Si Said dispose d’une collection de 300 tapis représentant toutes les régions productrices marocaines, dont le Haouz, le Haut Atlas, le Moyen Atlas ou encore, l’Oriental (Ph. Musée Dar si Said)

    Deuxième objectif: préserver l’ensemble des collections de tapis et l’acquisition de nouvelles. Le musée  dispose aujourd’hui de 300 tapis de collection qui seront exposés au fur et à mesure en plus de collections d’objets liturgiques, minbar, chapelets, tablettes coraniques en bois, corans, bijoux, poteries et céramiques, armes, broderies… 
    Situé au cœur de l’ancienne médina de Marrakech, le musée abrite des tapis de toutes les régions marocaines (Haouz, Haut Atlas, Moyen Atlas, l’Oriental…), rendant hommage particulièrement aux femmes artisanes qui ont contribué à enrichir notre propre culture. «Au vu de ces œuvres, tissages modestes ou tapis de prestige, nous pourrons sans doute mieux comprendre leur apport à l’art moderne pictural», insiste Qotbi. 

    dar-si-said-2.jpg

    Le musée de tissage et de tapis Dar Si Said dispose d’une collection de 300 tapis représentant toutes les régions productrices marocaines, dont le Haouz, le Haut Atlas, le Moyen Atlas ou encore, l’Oriental (Ph. Musée Dar si Said)

    D’une superficie de 2.800 m2, la structure muséale abrite une exposition permanente de tapis et d’instruments de tissage et une exposition temporaire d’œuvres d’artistes contemporains qui ont travaillé sur le tapis comme Chaïbia, Belkahia… Les décors et la structure du site sont aussi un riche témoignage de l’architecture domestique marocaine du XIXe siècle. Premier musée de la ville ocre, Dar Si Saïd est un palais bâti à la fin du XIXème siècle à l’initiative de Si Saïd Ben Moussa. Après sa mort, le protectorat français le transforme en siège des chefs successifs de la région de Marrakech. En 1932, les bâtiments sont attribués à la Direction générale d’instruction publique des beaux-arts et des antiquités, pour y installer les bureaux du Service des arts indigènes, un musée d’art ancien et des ateliers d’artisans.

    dar-si-said-3.jpg

    Le musée de tissage et de tapis Dar Si Said dispose d’une collection de 300 tapis représentant toutes les régions productrices marocaines, dont le Haouz, le Haut Atlas, le Moyen Atlas ou encore, l’Oriental (Ph. Musée Dar si Said)

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc