Régions

La connectivité entre Rabat et Salé se renforce

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5307 Le 04/07/2018 | Partager
Inauguration de la 2e rocade urbaine reliant les deux villes
L’ouverture des plis est en cours pour l’aménagement d’un parkway de 6 km
Le problème des bus semble résolu avec un nouvel opérateur qui remplacera Stareo
pont-rabat-sale-007.jpg

La rocade urbaine n°2 de Rabat-Salé est la continuité de tous les projets lancés et réalisés à ce jour par l’Agence du Bouregreg pour améliorer la mobilité entre les deux villes (Ph. Bziouat)

 A l’instar des grandes villes du pays, le problème du transport et celui de mobilité sont sérieusement posés au niveau de l’agglomération de Rabat-Salé. La situation devient chaotique lors des heures de pointe avec de longues files de véhicules qui avancent difficilement tout le long des quelques tronçons reliant les deux villes.

Pour pallier cette situation, plusieurs projets ont été réalisés par l’Agence pour l’aménagement de la vallée du Bouregreg. Le dernier en date est celui de la construction de la rocade urbaine n°2 entre Rabat et Salé inaugurée, lundi dernier, par le Souverain.

Cette rocade va contribuer à résorber les flux substantiels de trafic routier entre les deux villes, indique Saïd Zarrou, DG de l’Agence du Bouregerg. Ainsi, on estime qu’elle va drainer 30.000 véhicules par jour dans les deux sens, soit environ 30% du trafic total transitant entre les deux agglomérations.

Sur une longueur de près 8 km, ce projet va permettre aux automobilistes arrivant de Rabat, notamment des quartiers d’Annahda, Youssoufia et Souissi de se diriger directement à Salé et précisément vers la RN6 (dite route de Meknès) qui passe près de l’aéroport de Rabat-Salé. La réalisation de ce projet a nécessité la mobilisation d’un budget de 520 millions de DH, selon la direction de l’agence. 

Rappelons que ce chantier a enregistré un léger retard avec un achèvement des travaux prévu fin 2017. Ce retard revient principalement à la difficulté rencontrée pour la mobilisation du foncier pour le dernier tronçon du projet situé à Salé au-delà d’Al Oualja.

Toujours dans le cadre de l’amélioration de la mobilité au niveau de cette zone, l’agence prépare le lancement du projet de construction d’un parkway. Il s’agit d’un futur boulevard urbain éclairé planté d’espace vert sur une longueur de près de 7 km reliant la nouvelle rocade urbaine n°2 à celle qui mène vers Technopolis. Ce projet va contribuer à la répartition des flux de circulation transitant entre les deux villes, en reliant les ouvrages de franchissement du fleuve Bouregreg, est-il précisé.

Après le lancement de l’appel d’offres, l’heure est à la phase de sélection de l’entreprise qui sera chargée de la réalisation de ce projet dont l’investissement dépasse les 200 millions de DH, indique une source de l’agence. Sur les 6 offres présentées, 4 ont été retenues pour se concurrencer pour l’obtention du marché, précise-t-elle. La durée de réalisation des travaux est estimée à 24 mois.  

Toujours dans le même chapitre, notre source rappelle le projet en cours concernant l’extension, d’une longueur d’environ 7 km, de la ligne 2 du réseau du tramway. Cette extension permettra de desservir les quartiers denses limitrophes au réseau actuel particulièrement Al Quaria et Hay Moulay Ismail à Salé, et celui de Yakoub Al Mansour à Rabat.

Avec ces extensions, le tramway touchera une population supplémentaire d’environ 300.000 habitants, ce qui va permettre de transporter 40.000 voyageurs supplémentaires.

Enfin une solution pour les bus

Depuis sa mise en service, le réseau du tramway a contribué à l’amélioration des conditions du transport des habitants de l’agglomération de Rabat et Salé, cela à un moment où on enregistre une dégradation continue et inquiétante des prestations des bus gérés par la société Stareo. Une situation qui a perduré plusieurs années avec des pertes financières énormes supportées par la collectivité. Ce qui a poussé le groupement Al Assima, qui supervise ce secteur, à lancer un appel d’offres pour confier la gestion déléguée des bus à un nouvel opérateur qui remplacera Stareo. Après un énorme retard, les groupement Alsa et City Bus Transport sont désignés comme futurs délégataires de la gestion des bus pour une durée de 15 ans. «Mais on doit attendre la validation du ministre de l’Intérieur en tant que département de tutelle», avance une source proche du dossier. Parmi les exigences du groupement Al Assima, l’introduction de bus neufs de dernière génération. Lors de la phase démarrage, prévue le premier trimestre 2019, le parc du nouvel opérateur devrait être composé de 370 bus neufs pour atteindre par la suite 400 unités.
Un investissement de plus de 700 millions de DH auquel devront consentir Alsa et City Bus. En contrepartie, le futur opérateur ne va garder qu’un effectif ne dépassant pas 1.600 employés sur les 2.200 personnes actuellement. Les premiers postes à sauter seront les receveurs du fait que les nouveaux bus sont équipés d’un système de billetterie électronique. Des départs volontaires à la retraite seront donc proposés à cette catégorie. Une hausse dans le prix du ticket est aussi prévisible qui pourra passer à 5 DH contre 4 DH actuellement.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc