Analyse

Détroit: Ça chauffe au niveau des prix

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5297 Le 20/06/2018 | Partager
Les tarifs subissent une hausse notable au début de la campagne MRE
L’absence d’offres promotionnelles cette année a tiré les coûts vers le haut
Douvres-Calais, plus longue mais trois fois moins chère
detroit-bateau-097.jpg

Sur la ligne TangerMed-Algésiras,  la concurrence bat son plein avec trois compagnies espagnoles et deux marocaines. Et malgré tout, les tarifs restent élevés (Ph. Adam)

Les prix de la traversée du détroit font parler d’eux, comme à chaque année, à l’approche de l’été et de la campagne Marhaba. Il est habituel de lire dans les forums et les réseaux sociaux des Marocains du monde se plaindre de la cherté des billets pour la traversée, mais qu’en est-il au juste cette année?

Les prix connaissent en général une variation en fonction de l’affluence avec des tarifs promotionnels en basse saison (hiver et printemps, en dehors des périodes de Pâques et de fin d’année). Ces prix incluent, généralement, une offre avec un forfait par véhicule quel que soit le nombre de passagers. Mais selon un agent de voyages, cette offre n’a pas été mise en place depuis l’été dernier.

Ce qui veut dire que les compagnies ont maintenu leurs prix même en période basse. Sur un autre registre, les prix moyens pratiqués lors de ce début de mois de juin ont connu une hausse considérable par rapport à la même période de l’an dernier, près de 20% en moyenne selon des sources portuaires. Pour un véhicule et son conducteur, les prix moyens sont passés de 2.000 à 2.400 DH pour un billet aller-retour sur la ligne TangerMed-Algésiras.

A noter que sur cette ligne, la concurrence bat son plein avec trois compagnies espagnoles et deux marocaines, mais malgré tout, les tarifs restent élevés.

Pour un groupe de deux adultes et deux enfants à bord d’une voiture, il faut débourser en moyenne près de 4.400 DH en aller-retour.

Si l’on se réfère aux tarifs affichés sur le web par les différentes compagnies, la fourchette va de 4.213 DH pour Intershipping à 4.770 DH pour FRS, en passant par 4.642 DH pour Trasmediterranea et 4.290 DH pour Balearia et AML, des tarifs qui risquent fort de varier dans les périodes de forte affluence.

Mais comme pour les opérateurs de téléphonie mobile, les tarifs ne sont pas clairs de prime abord avec des plateformes de réservation qui ressemblent de très près (surtout pour les compagnies espagnoles) à celles des compagnies aériennes.

Certaines compagnies s’inspirent de cette tarification, comme AML qui choisit de moduler ses tarifs selon les périodes de forte affluence, au mois d’août par exemple, alors que d’autres préfèrent une tarification stable comme c’est le cas pour FRS.

Au niveau du détroit, la concurrence et les alternatives ne manquent pas, surtout du côté de l’aérien. La prolifération des lignes low-cost sur les routes empruntées par les MRE encouragent ces derniers, surtout les plus jeunes, à prendre l’avion au lieu d’un long voyage en voiture.

Même avec une surcharge de bagages, les tarifs peuvent être en faveur de l’avion, surtout si on réserve à l’avance. L’autre concurrent est la ligne Algésiras-Sebta où les tarifs affichés sont inférieurs de 30%, mais sans le confort de débarquer en territoire marocain avec les formalités policières réglées sur le bateau, une exclusivité des ports marocains.

Là où le détroit semble avoir fait du progrès, c’est au niveau de l’entente sur les prix. Il y a quelques années, les compagnies n’avaient pas de remords à afficher des prix très proches, une pratique héritée de l’histoire de la navigation maritime entre les deux rives du détroit quand les compagnies maritimes travaillaient au sein d’un pool, une sorte de trust.

Ces pratiques leur ont valu d’être poursuivies par les autorités espagnoles pour pratiques anticoncurrentielles et des amendes de plusieurs dizaines de millions de DH en 2010. Depuis, les choses ont changé et les pratiques ont évolué ainsi que les acteurs, surtout côté marocain.

tanger_med_detroit_097.jpg

■ TangerMed déclasse Sebta

tanger_med_097.jpg

Avant l’entrée en service du port TangerMed, Sebta affichait de réels arguments pour concurrencer Tanger. Toutes deux desservies par le port d’Algésiras, la connexion via Sebta affichait une durée de traversée de moitié inférieure à celle via Tanger-ville. Cet argument permettait alors à Sebta de tenir la dragée haute à Tanger en affichant des parts de marché très similaires. L’arrivée de TangerMed a permis de réduire cette différence en permettant des traversées ne dépassant pas une heure, ce qui a diminué considérablement l’attrait de Sebta. Depuis, le port de Sebta tente de se démarquer par des fast ferrys de dernière génération, mais sans grand succès face au rouleau compresseur qu’est TangerMed.
Sebta occupe actuellement la deuxième position derrière TangerMed avec une certaine estime auprès des MRE issus de la région de Tétouan qui continuent de lui faire confiance, pour d’évidentes raisons de proximité.

■ Les taxes portuaires, un frein
Encaissant la forte concurrence de l’aérien, le maritime mise sur les excursionnistes espagnols pour maintenir ses parts de marché face aux MRE dont le nombre est sur une tendance baissière. Mais les taxes ne sont pas de nature à aider. Pour un aller-retour, elles peuvent atteindre les 150 DH, ce qui réduit la marge des opérateurs, «déjà malmenés par la hausse du prix du combustible», note un opérateur maritime. Un effort au niveau de ces taxes pourrait permettre de mettre en place des tarifs plus attrayants et augmenter le nombre d’excursionnistes, au grand bénéfice des opérateurs touristiques de Tanger et des MRE par la même occasion.
 
■ Douvres-Calais, plus longue et trois fois moins chère!
D’autre part, les prix pratiqués sur le détroit souffrent de la comparaison avec ceux affichés sur d’autres routes maritimes comme c’est le cas de la liaison Douvres-Calais sur la Manche. A bord d’un ferry, cette dernière dure 1h30 avec un billet moyen de 120 euros, (un peu plus de 1.300 DH). Mais la comparaison s’arrête là, selon un opérateur portuaire pour qui les effets d’échelle ne permettent pas une analyse sans biais. En effet, la longueur de la traversée est plus grande d’une dizaine de kilomètres pour la Manche, tout en étant deux à trois fois moins chère. Mais d’un autre côté, le trafic est plus important avec en moyenne dix millions de voyageurs par an pour Calais sur un marché fortement concurrencé par l’aérien et surtout par l’Eurotunnel. Grâce à son Service le Shuttle, il permet des traversées plus rapides, sans mal de mer et surtout moins chères de 30%.

■ Traversée du détroit: Quelques astuces
- Prenez votre ticket à l’avance, n’attendez pas le dernier moment
- Prenez une calculette: Partir en avion et louer une voiture sur place peuvent coûter moins cher
- D’autres alternatives existent: Passer par Sebta ou Tarifa, mais en cas de fort vent, comme souvent le risque d’annulation est probable et les attentes peuvent être plus longues
- Passer par un agent de voyages: Certains peuvent faire un effort sur leurs marges et offrir un bon prix
- Choisir les bonnes dates: Eviter les dates de forte affluence comme la dernière semaine de juillet et d’août. En plus d’économiser quelques centaines de DH, vous éviterez les délais d’attente et les longues files tant à Tanger qu’à Algésiras.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc