Analyse

Détroit: Une traversée chèrement payée pour le fret

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5297 Le 20/06/2018 | Partager
350 euros en moyenne pour une remorque
Un tarif équivalent au trajet terrestre en Europe
Les prix sur une tendance baissière
detroit-fret-097.jpg

Les camions doivent payer près de 4.000 DH pour passer de l’autre côté du détroit, un prix jugé excessif par les exportateurs (Ph. Adam)

Le fret sur le détroit souffre lui aussi de la cherté des tarifs. Selon plusieurs industriels, les prix pratiqués restent très élevés surtout comparés à ceux affichés au niveau du canal de la Manche, par exemple. Actuellement, la moyenne est de 350 euros (un peu moins de 3.900 DH). Dans plusieurs cas, la traversée du détroit coûte autant que le trajet terrestre en Europe, se plaignent des entreprises de transport travaillant pour des équipementiers locaux.

Toutefois, le transport de marchandises se comporte d’une manière un peu plus «saine». Même si c’est l’activité qui rapporte le plus aux compagnies, ses tarifs ont connu une nette baisse lors des dix dernières années. Une baisse due à la pression des opérateurs et à l’augmentation du volume des exports, le cas contraire de la branche passagers. En effet, il y a une dizaine d’années, avant l’entrée en lice du port TangerMed, les prix de la traversée du détroit atteignaient des niveaux indécents avec une moyenne de 600 euros, soit près de 7.000 DH par remorque, se rappellent les opérateurs.

Pour ces derniers, le calcul est simple, les activités industrielles liées à la manufacture et à l’automobile sont rentables, en raison du dense réseau d’équipementiers et de PME travaillant dans divers domaines comme les coiffes pour sièges et le câblage. Mais le coût de la logistique reste un frein à leur développement.

prix_billet_detroit_097.jpg

Dans la composition du prix du billet maritime, des surprises peuvent se cacher. Le prix du combustible est l’une des premières. Ce dernier constitue, en fonction du type de bateau (fast ferry ou super fast-ferry) jusqu’à 40% du total du prix du billet. Le prix du fuel lourd, le combustible préféré des bateaux de gros tonnages, a connu des hausses notables lors des dernières années après une période de baisse.  Une traversée peut en général nécessiter une vingtaine de tonnes avec un coût d’environ 180.000 DH. La deuxième surprise vient des taxes. Ces dernières peuvent constituer jusqu’à 25% du montant total. En plus de la TVA, le prix est majoré par des taxes portuaires qui peuvent atteindre les 70 DH par passager, en fonction des lignes

Les coûts évoluent dans une fourchette de 5 à 20% en fonction du type de produit et de son volume. «On peut mieux faire», selon les exportateurs. Un travail a été mené par l’Amica en association avec TMSA et le ministère de l’Industrie et du Commerce pour trouver des alternatives. L’une des pistes de réflexion est de trouver d’autres lignes en évitant le goulot d’étranglement du détroit.

Actuellement, bon nombre d’équipementiers envoient des camions via le détroit vers Vigo, ce qui a conduit à proposer une ligne directe. Aussitôt dit, aussitôt fait. Aujourd’hui, une connexion maritime dessert Tanger-Vigo deux fois par semaine. L’autre piste est l’utilisation de l’espace inusité sur les «car carriers» de passage par TangerMed. Ces derniers transportent des véhicules issus des usines marocaines de Renault vers l’Europe.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc