Impact Journalism Day

En Tunisie, les déchets d’un verger deviennent du biocombustible

Par L'Economiste | Edition N°:5294 Le 14/06/2018 | Partager

Les déchets forestiers à l’abandon constituent des dangers environnementaux capables de polluer les océans ou de propager des incendies dans les bois et les jardins, notamment l'été. Pourtant, la famille Chanouf est parvenue à transformer ces déchets en une source supplémentaire de revenus au sein d’un secteur agricole difficile.  
Située à Manouba, en banlieue de Tunis, la ferme Chanouf a mis au point une unité de recyclage des déchets agro-forestiers pour produire du charbon de bois organique et de l'énergie de biomasse à partir de déchets de poiriers et d'oliviers. La ferme, productrice de poires et d’olives depuis 1995, est devenue la société Chanouf Farm-Biofire en 2015.
Elle s’est concentrée initialement sur l'utilisation des bio-déchets pour fabriquer des briquettes de charbon inflammables et du charbon de bois – alternatives très efficaces et écologiques au bois de chauffage – ainsi que de la poix, sorte de goudron végétal. Puis la ferme Chanouf a embauché des chercheurs pour étudier les étapes de combustion du charbon, et a découvert que les déchets de charbon de bois peuvent donner de la poix végétale. Cette substance, capable d'éliminer les maladies attaquant les arbres fruitiers, peut ensuite être transformée en compost, un engrais organique, ou utilisée comme pesticide naturel. La famille Chanouf pense qu'elle pourrait aussi servir à la composition de médicaments.

Par Sufian Rajab, Assabah, Tunisie

 

lefigaro.jpg
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc