×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Impact Journalism Day

De la pluie électrique

Par L'Economiste | Edition N°:5294 Le 14/06/2018 | Partager
pluie_electrique_ijd.jpg

A 15 ans à peine, elle a conçu un dispositif intelligent qui génère de l'électricité à partir de gouttes de pluie. Reyhan Jamalova, élève de troisième au lycée Istek de Bakou, en Azerbaïdjan, a travaillé pendant quatre mois avec son amie Zahra Gasimzade et leurs professeurs de physique pour effectuer des calculs et mettre au point un dispositif produisant de l'énergie à partir de la pluie.

L'instrument, haut de 9 mètres, comporte quatre parties: un collecteur d'eau de pluie, un réservoir, un générateur électrique et une batterie. Le collecteur remplit le réservoir d'eau de pluie, qui s'écoule ensuite à grande vitesse à travers le générateur pour produire de l'énergie. L'énergie produite est stockée dans la batterie et peut soulager le réseau électrique local en fournissant aux habitants une source supplémentaire d'électricité.

L'équipe a développé deux prototypes. L'un suffit pour allumer trois lampes LED, tandis que l'autre produit assez d'électricité pour éclairer 22 lampes LED pendant 50 secondes, et cela en n'utilisant que sept litres d'eau de pluie. Selon Reyhan Jamalova, les quartiers défavorisés peuvent utiliser Rainergy pour alimenter des installations telles que des lampadaires.

«Notre modèle est beaucoup plus efficace que des systèmes similaires», assure Reyhan Jamalova. Les générateurs de pluie piézoélectriques ne produisent que 25 microwatts de puissance, note-t-elle. En outre, l'électricité issue de la pluie n’émet que 10g/kwh de CO2 lors de sa production, ce qui, selon Reyhan Jamalova, est «très faible par rapport aux solutions énergétiques alternatives».

Par Amina Nazarli, Azerbaïdjan

azernews_ijd.jpg
 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc