×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    L’ionisation, une technique redoutable pour protéger l’agriculture

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4964 Le 20/02/2017 | Partager
    Elle permet de stériliser des insectes pour contrer leur prolifération et allonger la conservation des aliments
    La station de Boukhalef, la seule au Maroc pionnière dans ce domaine
    mouad_chentouf_a_064.jpg

    «La technique de l’ionisation est actuellement prête pour une exploitation commerciale», indique Mouad Chentouf, le chef du centre de recherches régional de l’Inra (Ph. Adam)

    Mouad Chentouf, responsable du Centre régional pour la recherche agricole est un fervent défenseur de l’ionisation, une technologie qui permet une lutte efficace contre les insectes ravageurs et une meilleure conservation des produits agricoles

    - L’Economiste: L’ionisation semble être la spécialité du Centre régional de la recherche agricole de Tanger. Quelles sont les applications de cette technologie?
    - Mouad Chentouf:
    L’ionisation consiste à exposer un produit à une source de rayonnement ayant une énergie suffisamment faible pour ne pas altérer sa salubrité et sa qualité technologique et organoleptique. Elle a été introduite au Maroc en 1995, date de la mise en marche de la station d’ionisation de Boukhalef qui possède à ce jour l’unique station d’ionisation au Maroc. C’est un irradiateur qui fonctionne au cobalt 60 comme radioélément. Les applications de cette technique sont multiples et diversifiées.  Dans le domaine agricole, elle est utilisée pour la prolongation de la durée de conservation des aliments et pour le traitement de quarantaine des fruits et légumes contre les insectes ravageurs. Plus précisément dans la recherche agronomique, l’ionisation est un outil puissant pour l’amélioration des plantes par induction des mutations. En pharmacologie, elle est également utilisée pour la stérilisation des articles pharmaceutiques et médicaux à usage unique. Dans le domaine industriel, cette technique est réputée pour la polymérisation des peintures, vernis et matériaux composites, l’amélioration des propriétés des textiles et des bois. L’ionisation est également adoptée pour la préservation des objets d’art fragiles en papier, tissus et  en bois.
     
    - Quels sont les sujets, en relation avec l’ionisation, sur lesquels travaille le Centre régional de l’Inra à Tanger actuellement?
    - Plusieurs recherches sont entreprises au sein de cette installation. Pour la conservation des aliments par ionisation, les travaux concernent l’inhibition de la germination des pommes de terre et de l’oignon, la désinsectisation des céréales, légumineuses, dattes, plantes aromatiques et médicinales, la prolongation de la durée de conservation des fraises et l’élimination des agents pathogènes des épices et viandes. Pour l’amélioration des plantes par induction des mutations, les travaux concernent la création de nouvelles variétés performantes pour les agrumes, le palmier dattier, la vigne, le carthame, l’arachide et la pomme de terre.
    Les travaux de recherche concernent également le traitement de quarantaine de la mouche méditerranéenne des agrumes par ionisation. Ces recherches visent à déterminer les doses optimales d’irradiation des variétés d’agrumes marocaines sans affecter leurs qualités nutritionnelles et organoleptiques.
     
    - Ces traitements pourraient-ils éradiquer les cas comme celui détecté dans les agrumes aux USA?
    - La production des agrumes souffre dans le pourtour méditerranéen de l’attaque par la mouche méditerranéenne (nom scientifique ceratitis capitata). Il s’agit d’un insecte de quarantaine obligatoire partout dans le monde, particulièrement aux Etats-Unis et au Japon.
    La technique d’irradiation est très efficace pour le traitement de quarantaine d’éradication de cette mouche. Le traitement consiste en l’apport d’une dose d’ionisation qui permet son élimination. Une autre utilisation de l’ionisation pour lutter contre ce ravageur, c’est la technique du mâle stérile. C’est une méthode de lutte biologique qui consiste à utiliser les rayonnements pour stériliser des mâles de la mouche méditerranéenne issus d’élevage. Ces mâles stériles sont lâchés sur les vergers d’agrumes, en nombre suffisant, pour rivaliser avec les mâles sauvages pour la fécondation des femelles. Cette technique permet de réduire substantiellement la population de cet insecte jusqu’à son extinction définitive.

    L’étape suivante, l’industrialisation

    Avec la station d’ionisation de Boukhalef, le Maroc dispose d’une unité pilote d’ionisation qui a mené de multiples recherches dans l’utilisation de cette technique en agriculture. Le moment est particulièrement indiqué pour que l’utilisation de cette technologie passe à l’échelle industrielle pour accompagner le développement de l’agriculture nationale, selon Chentouf.

    Les investisseurs et industriels doivent être sensibilisés sur l’intérêt de cette technique et surtout être convaincus de ses avantages et encouragés pour pouvoir y investir. Il est également nécessaire de préparer le cadre législatif nécessaire pour permettre l’utilisation des produits ionisés au Maroc, ajoute ce dernier.
    Le projet n’est pas aisé à monter financièrement. Pour une installation industrielle il faut prévoir un investissement de l’ordre de 20 millions d’euros, soit un peu plus de 220 millions de DH. Mais l’analyse de la demande nationale pour ces prestations, tous domaines confondus, permet de prévoir un retour sur investissement de l’ordre de 3 ans, assure le responsable du centre régional.

    Propos recueillis par
    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc