×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Société

    Rachid Benzine décortique le discours jihadiste

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4963 Le 17/02/2017 | Partager
    A travers son dernier ouvrage, «Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir?»
    Un dialogue entre un père et sa fille qui a rejoint Daesh
    En plus de l’effet de l’adolescence, il y a la marginalisation des jeunes
    rachid_benzine_063.jpg

    Pourquoi le discours jihadiste attire les jeunes de différents milieux sociaux et également de confessions religieuses diverses? Une question à laquelle Rachid Benzine, islamologue et enseignant, et Jalil Bennani, psychanalyste, ont essayé d’apporter un éclairage lors d’une conférence abritée, mercredi dernier, par l’Institut français de Rabat. Une problématique appréhendée à travers le dernier livre de Benzine intitulé: «Nour, pourquoi n’ai-je rien vu venir?». Il s’agit d’un dialogue épistolaire entre un père philosophe avec sa fille Nour qui combattait à côté de son mari avec les groupes de Daesh en Syrie.

    Premier constat, ce sont les jeunes de moins de 32 ans qui sont attirés par le discours des jihadistes, signale Benzine. Et pas de profil type, ajoute-t-il. En tant que chercheur sur le phénomène de Daesh, Benzine a eu l’occasion de rencontrer des jeunes jihadistes qui rentraient de Syrie. «J’étais vraiment surpris de découvrir que ce n’étaient pas tous des jeunes paumés économiquement, socialement et psychologiquement. Il y a des jeunes brillants intellectuellement qui ont fait de longues études», constate-t-il.

    «Quelles sont donc les raisons qui poussent cette catégorie de jeunes d’origines et de profils divers de rallier l’offre de Daesh?», s’interroge l’islamologue. Avant que ce dernier ne passe au décryptage de cette offre, il fallait tout d’abord revenir sur les aspects psychologiques de ces jeunes adolescents comme le cas de Nour âgée de 20 ans. En quittant le milieu familial, marqué par la soumission aux parents, les jeunes adolescents deviennent une proie à l’emprise du discours jihadiste. Un discours qualifié de pervers par Bennani, car l’adolescent se trouve dans une situation de soif d’idéalisation et de découverte du monde. Les jihadistes proposent une offre avec une satisfaction immédiate qui va bloquer le processus de maturation, ce qui constitue un vrai problème, explique le psychanalyste. Ce dernier tient à préciser que chez certains jeunes, il y a une prédisposition par rapport notamment à la morosité et l’humiliation.

    «Dans mes contacts, j’ai rencontré des adolescents qui ont des problèmes psychologiques, mais également d’autres qui sont de vrais idéologues qui n’avaient pas de problème et qui tenaient un discours assez cohérent qui renvoie à nos manquements», nuance Benzine. Selon l’analyse de ce dernier, l’offre de Daesh repose sur un discours qui produit des présentations axées sur quatre imaginaires.
    Le premier mythe porte sur le rétablissement de l’Etat islamique (Ouma islamia). Sur cet aspect, le conférencier rappelle que beaucoup de travail reste à faire en ce qui concerne une relecture scientifique de l’histoire du monde musulman. «Au mieux, nous offrons à nos jeunes une histoire sainte et de salut», avance Benzine. Pour lui, ce travail permettra de déconstruire le discours de Daesh qui n’a rien à avoir avec l’islam. A travers ce premier mythe, on vise à rétablir les frontières et l’empire musulman sous la conduite du Khalifa qui est un élément faisant partie d’un langage théologique et politique. Avec son discours, Daesh propose une révolution à la fois théologique et politique avec un aspect révolutionnaire important.

    La recherche de la dignité constitue le deuxième rêve de l’offre de Daesh. Il s’agit d’une question fondamentale du fait que beaucoup de jeunes affichent un sentiment d’humiliation et de marginalisation au sein de leur société. Les humiliations constituent un terrain fertile pour la préparation des violences de demain, rappelle Benzine. A ce titre, ce dernier cite les propos de Nour adressés à son père: «On peut guérir d’une injustice, et mais on ne peut pas être guéri d’une humiliation». Tout cela permet de donner sens aux discours des jihadistes chez les jeunes qui n’ont pas besoin de connaître parfaitement le Coran ou la tradition prophétique.

     Le besoin à la pureté constitue l’une des composantes de l’offre du Daesh. Un besoin qui peut aller jusqu’à la purification, c’est-à-dire la violence devient un acte morale pour l’instauration de cet nouvel ordre. Il s’agit d’un aspect qui touche toutes les sociétés. A ce titre, le conférencier rappelle ce qui s’est passé à la révolution française avec près de 17.000 morts à Paris après cinq années de terreur. Quel est le moteur de l’histoire? Une question qui se pose pour les jeunes. S’agit-il de l’esprit selon le sens d’Hegel ou la violence?, s’interroge Benzine. Ce dernier conclut que l’offre de Daesh permet de donner un sens à la vie de ces jeunes. Faute de donner un sens à leur vie, ils cherchent à donner un sens à leur mort, explique-t-il.

    Histoire

    Il faut être proche des jeunes pour renforcer le débat sur ce genre de questions. C’est l’une des recommandations de Benzine pour combattre le discours de Daesh. L’histoire et la géographie figurent parmi les champs à investir, et ce pour éviter que ces jeunes se trouvent dans le temps court. En ce qui concerne l’islam, il y a un excès de mémoire et un déficit d’histoire, constate Benzine qui tient à rappeler la possibilité de la manipulation de la mémoire. Il propose également de travailler avec les jeunes sur la question de la sacralité en essayant d’humaniser les croyances. Sans oublier l’implication de la société civile dans ce travail pédagogique.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc