×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Chabat dans la tourmente

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4926 Le 28/12/2016 | Partager
    Après la colère de la diplomatie officielle, le patron de l’Istiqlal critiqué par Abbas El Fassi
    Le Souverain s’est entretenu avec le président de la Mauritanie, et Benkirane s’envole pour Nouakchott
    Le RNI et l’Istiqlal ne pourront pas travailler dans la même équipe, selon Akhannouch
    abbas_el_fassi_chat.jpg

    Après avoir été sévèrement recadré par le ministère des Affaires étrangères sur l’affaire de la Mauritanie, Hamid Chabat a été aussi désavoué par son prédécesseur à la tête de l’Istiqlal. Abbas El Fassi a démenti le scénario tracé par Chabat concernant les conditions de l’entrée du parti de la balance au gouvernement en 2012 (Ph. Bziouat)

    Hamid Chabat, secrétaire général de l’Istiqlal a soulevé une grosse vague avec l’affaire de «la marocanité de la Mauritanie». Ses déclarations ont suscité une véritable tension, au point de se voir sévèrement recadré par le ministère des Affaires étrangères. L’état-major de l’Istiqlal s’est réuni dans l’urgence, lundi en début de soirée. Les istiqlaliens se sont mis en rangs serrés pour soutenir leur secrétaire général. La réponse au communiqué des Affaires étrangères est virulente. Le comité exécutif de l’Istiqlal s’est directement attaqué au département de Salaheddine Mezouar. Ils ont précisé qu’il n’est pas de son ressort «d’évaluer ou d’apprécier les prises de position et les décisions des partis». L’Istiqlal a aussi essayé de contenir l’incendie en précisant que les propos de Chabat «s’inscrivaient dans un contexte historique bien spécifique et ne faisaient nullement allusion à l’état actuel des choses». Mais le mal est déjà fait. Aujourd’hui, Rabat tente d’apaiser les relations avec le voisin du Sud. Le Souverain a eu un entretien téléphonique avec Mohamed Ould Abdelaziz, président de la Mauritanie, hier mardi. Une occasion pour rappeler «l’attachement à la relation de bon voisinage». Le Souverain a aussi précisé que le Maroc «reconnaît l’intégrité territoriale de la Mauritanie». Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement, a été dépêché par le Roi pour rencontrer les responsables mauritaniens. Accompagné de Nacer Bourita, ministre délégué aux Affaires étrangères, ils ont une mission claire: «Dissiper tout malentendu qui pourrait avoir un impact négatif sur les excellentes relations entre les deux pays».
    Cette polémique, suscitée par les déclarations du patron de l’Istiqlal, semble réduire les chances de son parti de participer au prochain gouvernement. Désormais, c’est la guerre annoncée entre le PI et le RNI. Le parti de la colombe a sorti un communiqué condamnant la position de Chabat concernant la Mauritanie. De son côté, Aziz Akhannouch a clairement fait savoir, suite à son rencontre avec Benkirane, qu’il serait difficile de travailler dans une même équipe, avec des personnes qui tiennent ce genre de discours. Aujourd’hui, Chabat a été désavoué même au sein de son parti. L’ancien patron du PI, Abbas El Fassi, s’est retrouvé dans l’obligation de publier une mise au point. Il y dément le scénario tracé par Chabat concernant les conditions d’entrée de l’Istiqlal au gouvernement en 2012. El Fassi a aussi accusé son successeur d’avoir affaibli le parti, à cause de certaines décisions. Par exemple, «la décision du retrait du gouvernement en 2013 a été incompréhensible pour les militants et toute l’opinion publique». Résultat: «Le parti a fait les frais de ces décisions, comme cela a été démontré lors des dernières élections locales et législatives», a estimé El Fassi.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc