×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Alep: L’envoi d’observateurs voté à l’unanimité

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4920 Le 20/12/2016 | Partager
    La résolution française adoptée au Conseil de sécurité

    Le Conseil de sécurité a décidé, hier lundi à l'unanimité, y compris la Russie, de déployer des observateurs onusiens à Alep pour y superviser les évacuations et évaluer la situation des civils. Le président François Hollande a salué l'adoption de cette résolution qui «doit permettre le plein respect du droit international humanitaire en Syrie après tant de manœuvres dilatoires et d'obstruction». Elle doit également ouvrir la voie au cessez-le-feu et à la négociation de la solution politique qui sont tant attendus par le peuple syrien et l'ensemble de la communauté internationale.
    En outre, la résolution française demande au secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon de faire déployer rapidement à Alep le personnel humanitaire de l'ONU déjà présent en Syrie «pour une surveillance adéquate, neutre et une observation directe de l'évacuation des parties assiégées d'Alep». Ban Ki-moon devra indiquer au Conseil sous cinq jours si l'accès a été autorisé par les autorités syriennes, qui ont bloqué à plusieurs reprises par le passé l'aide de l'ONU.
    La presse étrangère rapporte que plus de 5.000 personnes menacées par la faim et le froid ont pu quitter lundi le secteur rebelle assiégé d'Alep avant ce vote à l'ONU.
    Au total, depuis le début, jeudi dernier, des évacuations de ce quartier de la deuxième ville de Syrie, au moins 14.000 personnes, dont 4.000 insurgés, ont pu partir à bord de bus en direction d'autres zones, d'après les estimations de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
    Le régime de Bachar al-Assad est parvenu à reconquérir la quasi-totalité du secteur que les rebelles contrôlaient depuis 2012 dans cette ville après une violente offensive aérienne et terrestre d'un mois, doublée d'un siège hermétique depuis juillet. Une fois les évacuations terminées à Alep, le régime syrien devrait proclamer la reprise totale de la ville.
    La situation à Alep était aussi, lundi, au centre d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe au Caire. Le lendemain, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense de Russie et d'Iran, alliés du régime, et de Turquie, qui soutient l'opposition, doivent se retrouver à Moscou pour des discussions tripartites sur la Syrie.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc