×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Orange Bank verra le jour en 2017

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4920 Le 20/12/2016 | Partager
    Elle naîtra du rapprochement avec Groupama Banque
    Une ambition d’être 100% mobile
    La loi Macron devrait faciliter la mobilité bancaire

    Les autorités réglementaires et prudentielles françaises et européennes avaient autorisé il y a quelques mois l’entrée d’Orange à hauteur de 65% au capital de Groupama Banque qui sera rebaptisée Orange Bank dès janvier 2017. Certains observateurs y voient une menace pour les banques vu le nombre de clients du groupe de télécoms (voir aussi Les Echos France daté du 19 décembre 2016).
    L’offre Orange Bank sera disponible en France au premier semestre 2017. Les clients pourront y souscrire directement depuis l’application mobile, en ligne ou dans 140 boutiques du réseau de distribution Orange. Elle sera également distribuée dans les réseaux du groupe Groupama à partir du second semestre.
    Un tiers des clients sont intéressés par l’ouverture d’un compte à la banque Orange et souhaitent être contactés au moment du lancement (sondage réalisé en boutique auprès de 920 clients). Spécifiquement adaptée aux usages mobiles, cette offre couvrira dès son lancement le compte courant, l’épargne, le crédit et le paiement. L’ambition d’Orange Bank est de compter à terme plus de 2 millions de clients en France. «La prise d’une participation majoritaire dans Groupama Banque permet au groupe de poursuivre sa stratégie de diversification dans les services financiers mobiles par la création d’Orange Bank», souligne Stéphane Richard, président-directeur général d’Orange. «Ce partenariat avec Groupama, étape essentielle pour Orange, donnera naissance à une offre bancaire innovante et 100% mobile répondant aux nouvelles attentes des clients: simplicité, transparence et personnalisation», dit-il. Le patron du groupe Orange parie fort sur la filiale marocaine et pourrait être tenté d’y transposer le même concept. Le Maroc est le dernier pays à passer sous la marque Orange, cette année, après l’Egypte et la Belgique. Sur le marché local, la marque revendique plus de 30% de part de marché et pèse 14 millions de clients, 5.500 km de fibres optiques (cf. notre édition N° 4915 du 09/12/2016).
    Lors de la présentation de son plan stratégique «Essentiels2020» le 17 mars dernier, Stéphane Richard avait annoncé l’ambition d’Orange de diversifier ses activités en capitalisant sur ses actifs et en concentrant ses efforts notamment sur la banque mobile qui offre des perspectives de croissance importante. L’objectif du plan est d’atteindre 400 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2018 dans les services financiers. Cette légitimité s’est déjà concrétisée avec le succès de «Orange Money» sur la zone Afrique Moyen-Orient, et plus récemment avec le lancement réussi de «Orange Finanse» en Pologne. «L’entrée d’Orange au capital de Groupama Banque s’inscrit pleinement dans la stratégie de Groupama qui vise depuis toujours à offrir des services financiers globaux et innovants…», a tenu à souligner pour sa part Thierry Martel, directeur général de Groupama.
    La loi Macron va faciliter la mobilité bancaire. Courant 2017, un nouveau dispositif de mobilité sera mis en œuvre (source: Fédération bancaire française). Il s’agit d’une solution encore plus simple pour le client qui donnera mandat à sa nouvelle banque pour réaliser en son nom toutes les opérations nécessaires aux changements de domiciliation bancaire de ses virements et paiements récurrents. Cette nouvelle solution, proposée par les banques, a fait l’objet d’un consensus au sein des organismes de la place regroupant pouvoirs publics, banques et représentants des consommateurs.
    Pour l’instant, seul Orange a entrepris de défier les banques françaises sur leur terrain. D’autres pourraient le faire aussi. KPMG (un réseau international de cabinets d’audit et de conseil) prévoit un doublement des utilisateurs de banque mobile ou en ligne soit 1,8 milliard en 2019, un quart de la population mondiale. 16 pays dans le monde comptent davantage de portefeuilles électroniques Mobile Money que de comptes en banque traditionnels. Avec 265 services proposés dans 90 pays, le paiement mobile a déjà conquis près des deux tiers des pays émergents.

    Les banques traditionnelles face à la concurrence

    De plus en plus de Français sont favorables à l’idée de confier leur argent et leurs opérations à des acteurs non bancaires, selon l’Observatoire BVA 2016 de l’image des banques. Les clients sont ainsi prêts à ouvrir un compte dans un supermarché (26% des personnes interrogées, contre 21% l’an dernier), un bureau de tabac (24% conte 19% en 2015) ou auprès d’un fournisseur d’accès à Internet (16% et même 26% pour les 18-34 ans). Ce qui est de bon présage pour la future Orange Bank. Près d’un jeune sur cinq pourrait même ouvrir un compte via un réseau social.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc