×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Le design et l’artisanat «vert» s’invitent à la Galerie H

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4906 Le 28/11/2016 | Partager
Younes Duret, Khalid Bastrioui, Wafaa Kiran et le duo QA présentent leurs créations
L’expovente se poursuit jusqu’en octobre 2017
design_artisanat_006.jpg

La Galerie H abrite une grande diversité d’œuvres réalisées par des designers éco-conscients qui s’efforcent de respecter au mieux l’environnement (Ph. F. Al Nasser)

Après avoir récemment exposé 17 designers qui ont placé la conscience environnementale au sein de leurs travaux lors de la COP22, le groupe Holmarcom invite à nouveau le public à découvrir un artisanat et un design éco-responsable à la Galerie H. Cette expovente qui se poursuit jusqu’en octobre 2017, permet à une sélection de créateurs, dont quatre designers, de présenter leurs œuvres. Pour ce quatrième rendez-vous, la thématique choisie est celle de la création et de l’écologie qui a donné naissance à des œuvres novatrices utilisant des techniques respectueuses de la planète ainsi que des matériaux nobles et recyclés.
C’est d’ailleurs dans cette optique que Younes Duret a l’habitude d’évoluer. En effet, cet ingénieur en design industriel qui s’illustre dans le design global, de produit ou d’espace, s’efforce d’appliquer une démarche de développement durable afin que son processus de création impacte au minimum l’environnement. Parmi les créations éco-conscientes qu’il expose, figure une série d’objets réalisés à l’aide d’une imprimante 3D en bioplastique, matière 100% dégradable, notamment des vases, des lustres, des coques pour téléphones ou encore sa dernière petite création, un accessoire pour porter les verres à thé comme un mug pour éviter de se brûler. Le designer aux concepts innovants où l’inter-culturalité est le maître mot, n’hésite pas non plus à créer des œuvres ludiques comme des petites figurines à la forme géométrique «Zelli» rappelant la bibliothèque phare de son créateur, sans oublier les chameaux à la manière de trophées de chasse créés en pisé.
Autre designer, autre style, celui de Khalid Bastrioui qui a choisi de réaliser plusieurs œuvres à partir de la nasse qui constitue les pièges pour pêcher du poisson.

artisanat_desing_006.jpg

Dans un style très scandinave épuré et sobre, Wafaa Kiran autodidacte a créé des articles à partir de chutes de bois sans colle, ni vis ni clou (Ph. F. Al Nasser)

L’artiste diplômé des Beaux-arts de Tétouan met sa vision de l’art contemporain au service du design et s’attache à utiliser des matériaux proches d’un état de nature ou de la production artisanale. «Je travaille sur les frontières entre l’art, le design, la matière et l’expérimentation. J’aime détourner un objet en lui octroyant une nouvelle fonction», précise Bastrioui. Ces créations à base de matière écologique réalisées par des pêcheurs et non des artisans, détournent l’utilisation première de ces pièges afin d’en créer notamment des luminaires.
Un collectif, celui de Taha El Qortbi et Ayoub Ariba appelé QA expose pour la première fois. Ce duo travaille ensemble depuis 8 ans dans le design d’intérieur et présente plusieurs supports créatifs comme des tables, des assises, des miroirs… QA fonde son style sur une esthétique fonctionnelle en adéquation avec l’héritage artisanal et culturel national. L’on retrouve des «mrecha» ou encore des tables façon «téfor» au design ou matière innovante. Qortbi et Ariba proposent aussi un tapis original fabriqué à partir de chutes de bois, de daim ou encore de cuir qui peuvent être assemblés en fonction des goûts de chacun, patchworkés  ou unis.
Pour sa part, Wafaa Kiran fait dans le recyclage en réalisant ses articles à partir de chutes également. L’exploit de cette casablancaise autodidacte réside surtout dans le fait d’y arriver sans colle, sans clou et sans vis, tout en leur conférant une fonctionnalité et une esthétique chic. Suite à cette expérience avec le groupe Holmarcom, elle ambitionne de continuer à produire des objets et meubles éco-responsables.
La scénographie de l’exposition a quant à elle été confiée à une autre designer éco-consciente qui a déjà exposée à la Galerie H, Sophia Chraïbi Giorgi qui a tenu à respecter la thématique. Par exemple, des panneaux façon «zellige» réalisés à base de bouchons de bouteilles Sidi Ali et Oulmès  viennent orner les murs de l’espace.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc