×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Zone industrielle de Aïn Dalia
    Les Chinois mettent les bouchées doubles

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4861 Le 22/09/2016 | Partager
    Le méga projet présenté dès la semaine prochaine au Souverain
    Les travaux devront démarrer dès 2017
    zi_ain_dalia_061.jpg

    Des responsables chinois en visite à Tanger pour le projet de la zone industrielle de Aïn Dalia. En plus du volet industriel, un jumelage est prévu entre les deux régions de Tanger et de Chengdu (Ph. Adam)

    Le calendrier s’éclaircit pour la future zone industrielle chinoise de Aïn Dalia. Le projet final devra être présenté dès la semaine prochaine à Tanger en présence du Roi, selon des sources proches du dossier. Les esquisses sont d’ores et déjà prêtes et seront présentées sous forme d’une maquette géante. Le projet est porté par la société chinoise Haite en partenariat avec le groupe marocain BMCE Bank et la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui a mis à disposition les terrains. Il a nécessité plusieurs mois de préparation pour en cerner les grandes lignes. Son étude a dû même être accélérée afin de le figer le plus tôt possible avant les élections et ce face à la perspective d’un changement des intermédiaires au niveau gouvernemental. Une équipe a même fait le déplacement à Tanger pour suivre le développement de ses étapes préliminaires.
    L’objectif est de démarrer les travaux de construction début 2017. L’une des premières à entamer le pas sera la société Dongfeng Yang Tse. Cette société est en effet en charge du projet de l’usine d’autobus électriques dont l’annonce a eu lieu il y a quelques mois. Ce projet, dont le mémorandum d’entente a été signé devant le Roi lors de sa visite en Chine, en mai dernier, prévoit un investissement de plus d’un milliard de DH.
    Il s’agira de la mise en place d’une usine de montage de bus et d’autres types de véhicules électriques de dernière génération. Elle emploiera près de 2.000 personnes et devrait produire à terme 300 véhicules électriques par an. Le marché local est visé en premier, mais il s’agira aussi de vendre à l’export, surtout vers les pays d’Afrique. Selon les responsables du groupe qui intervenaient lors d’une déclaration à la presse, les travaux de construction de l’usine devraient démarrer prochainement afin de pouvoir dès 2017 sortir les premiers bus propres du Maroc. En parallèle, les régions de Tanger-Tétouan-Al Hoceima et celle de Chengdu, où est installé le groupe Haite comptent signer un accord de jumelage. L’événement aura lieu avant la fin de la semaine. Enfin, le projet de zone industrielle de Aïn Dalia s’étendra sur près de 2.000 hectares à quelques kilomètres de Tanger. Elle comprendra une composante industrielle mais aussi résidentielle pour un investissement global escompté de
    10 milliards de dollars.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc