×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    L’UE se cherche un nouvel horizon

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4855 Le 14/09/2016 | Partager
    Son avenir débattu au sommet de Bratislava, le 16 septembre
    L’après-Brexit, la sécurité, la défense, la question migratoire…
    ue_horizon_055.jpg

    «La création d’un quartier-général civil et militaire commun est une priorité de la stratégie de relance du projet de défense européenne», a expliqué la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini à la presse étrangère (Ph. AFP)

    Les dirigeants européens se retrouveront, le 16 septembre, à Bratislava (Slovaquie) pour un sommet sur l’avenir de l’UE sans le Royaume-Uni. Ils devraient notamment mettre l’accent sur les questions de sécurité (contrôles des frontières de l’Union, lutte anti-terroriste) et de défense (coordination militaire). Sans oublier la question migratoire (quotas d’accueil, accord UE-Turquie...). Avant ce rendez-vous, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, avait invité les dirigeants italien, espagnol, français, portugais, chypriote et maltais à Athènes le 9 septembre pour former une alliance stratégique.
    Pour la Première ministre polonaise Beata Szydlo, le prochain sommet à Bratislava ne devait pas se limiter à une «photo de famille», mais engager un débat sur la réforme de l’UE.  La chancelière allemande Angela Merkel avait estimé fin août que Bratislava n’était pas un sommet décisionnel, mais il fixera un agenda. L’Allemagne souhaiterait aborder l’agenda numérique et la France l’emploi des jeunes. Toutefois, les échanges officiels sur le Brexit seront limités, l’article 50 n’ayant pas encore été déclenché à ce jour.
    François Hollande et Angela Merkel ont plaidé pour que le sommet post-Brexit donne «une nouvelle impulsion» à l’Europe. Au G20 en Chine (4 et 5 septembre), les deux dirigeants ont mis en avant le rôle de l’Europe pour favoriser la croissance et les échanges internationaux. Ceci au moment même où les divergences sur le Traité de libre échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis (TTIP) persistent.
    Le domaine de la défense sera aussi débattu à Bratislava. La création d’un quartier-général civil et militaire commun est une priorité de la stratégie de relance du projet de défense européenne, explique la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini. Il sera chargé notamment de gérer toutes les opérations civiles et militaires présentes et futures. Les autres propositions concernent des bataillons militaires communs (qui existent déjà mais qui n’ont jamais été utilisés sur le terrain) ainsi que la possibilité pour un groupe restreint de pays (...) de conduire des actions militaires au nom de toute l’Union (disposition prévue mais jamais utilisée non plus). Puis, la mise en commun de ressources pour les investissements nécessaires au secteur de la défense. Mogherini a déjà entamé les discussions sur sa stratégie globale pour l’action extérieure de l’UE, dont elle entend bien voir les premiers résultats opérationnels au printemps 2017.
    La France et l’Allemagne seront confrontées à d’importantes échéances électorales en 2017 qui risquent de ralentir tout projet européen. Paris souhaite que plus de fonds européens soient consacrés à la défense, y compris en matière industrielle, et appelle à renforcer la capacité à planifier et conduire des opérations communes.

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc