×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Urbanisme

Par Nadia SALAH| Edition N°:4773 Le 16/05/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

 

Nul besoin de faire un dessin: le Maroc a pris un retard colossal dans la gestion urbaine. Très peu, trop peu de bonnes compétences noyées dans des océans de médiocrité. Bien heureux quand il ne s’agit pas des marées d’abus de pouvoir et de connivence/corruption ou de conflits d’intérêts ou encore d’ignorance pure et dure.
 Aujourd’hui, il y a deux départements ministériels revendiquant d’intervenir sur le sujet. C’est tant mieux, car dans leur compétition, ils s’annulent, ce qui les rend moins nuisibles. De toute façon, il y a bientôt deux décennies que ces départements ne servent pas à grand-chose en matière d’urbanisme.
En effet, par volonté démocratique, le sujet est descendu de plusieurs étages, pour aller se loger dans les conseils municipaux… Où le comportement de nombre d’entre eux fait regretter les errements des ministères.
Le pire du pire, c’est bien entendu Casablanca d’un côté, et les gros bourgs ruraux de l’autre. Pour ces derniers, urbaniser ne va pas tellement plus loin que veiller à l’alignement des bâtiments construits par les derniers arrivants!
Quant à Casa, il y a presque 100 ans, elle a bénéficié des meilleurs urbanistes du temps, quand les puissances coloniales n’avaient pas l’équivalent.  Pour fêter la journée du Patrimoine, les étudiants font visiter ces anciens lieux, certes bien décrépis, mais où l’évidence du projet saute aux yeux. Ces projets-là étaient destinés aux gens modestes. La magique sérénité du quartier des Habous a résisté même aux invasions de barbes. L’entassement déjà dégradé de Oulfa, Hay Hassani… entretient une laideur agressive, révoltante.
A notre époque participative et démocratique, dit-on, les familles modestes d’aujourd’hui qui ne sont ni des désœuvrées, ni des déclassées, n’ont droit qu’à ça.
Pourquoi?

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc