×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

«Tu payes…»

Par Nadia SALAH| Edition N°:5868 Le 20/10/2020 | Partager
salah_nadia.jpg

Le Pr. Habib El Malki, président de la Chambre des représentants, a obtenu des présidents de groupes et divers élus influents, un consensus pour abandonner la retraite des députés.

Retraite non financée par des cotisations puisqu’elle a touché le fond des fonds, si l’on peut dire. El Malki voulait réformer depuis le début. Maintenant il est trop tard: il n’y a pas d’alternative à la liquidation. Sauf si…

Driss El Azami El Idrissi, PJDiste très influent, ancien haut fonctionnaire des Finances et ancien ministre délégué sous Benkirane, y est opposé depuis le début: «On ne va pas travailler pour rien». Inversement, la gauche et l’extrême gauche, notamment Omar Balafrej et Mustapha Chenaoui, font campagne depuis longtemps contre cette «distribution indue d’argent public»: les élus ont un mandat, quand les électeurs retirent le mandat, l’indemnité s’arrête.

Néanmoins, le consensus ne veut pas dire que l’assemblée et, par extension, la Chambre des conseillers vont finalement voter la liquidation.

Le rêve de quelques élus reste de profiter du projet de loi de finances. En effet, la particularité de ce texte est d’avoir une «horloge»: il faut voter avant le 31 décembre à minuit; ce qui permet d’exercer un chantage (c’est le mot exact) sur le gouvernement: «tu payes, on vote».

Ce ne serait pas une première.

Ce ne serait pas davantage une première que des élus ayant participé au consensus votent le contraire au moment décisif. Cela se fait aussi.

Inutile de souligner que ces comportements sont aujourd’hui le plus grand obstacle à la démocratisation. Et que cela durera tant qu’on n’aura pas trouvé un moyen offrant suffisamment d’informations afin que les citoyens puissent contrôler l’action de leur élu.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc