×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 205.794 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 264.541 articles (chiffres relevés le 5/6 sur google analytics)
L'Edito

Synchronisation

Par Abashi SHAMAMBA| Edition N°:5267 Le 08/05/2018 | Partager
abashi_web.jpg

A Casablanca, Rabat, Marrakech, Fès, Laâyoune,... elle est partout. Comme jadis l’INDH, l’Afrique est aujourd’hui le thème à la mode dans les conférences, les salons, les assises, les forums, etc. Même quand l’évènement n’a aucun lien avec le continent, les organisateurs s’efforcent d’en trouver un, quitte à faire dans la cosmétique.

Si l’on commence à frôler un peu la saturation, cette effervescence témoigne néanmoins d’une chose: les opérateurs économiques et l’opinion publique cherchent des clés de compréhension d’une région érigée au rang stratégique par la plus haute autorité du pays.

Pour relayer cette volonté politique sur le terrain, ces débats sont certes importants, mais pas suffisants. Il faut un peu plus de pragmatisme et de synchronisation de différents services. A l’évidence, tous ne jouent pas la même symphonie. Un exemple pour illustrer ce gap.

Pendant que les opérateurs de l’enseignement supérieur privé s’investissent pour attirer des étudiants africains, l’obtention des visas dans les ambassades marocaines relève d’un parcours du combattant. Tout jeune qui voudrait s’inscrire dans les écoles de Casablanca, Rabat ou Marrakech serait, jusqu’à preuve du contraire, un migrant potentiel.

C’est la même logique appliquée aux entrepreneurs invités aux rencontres b to b par leurs homologues marocains. Ce traitement est ressenti comme une humiliation. La gestion du risque migratoire ne doit pas virer à la paranoïa. Ça serait dommage pour le capital-sympathie du Maroc sur le continent.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc