×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Stratégie

Par L'Economiste| Edition N°:1682 Le 13/01/2004 | Partager

Les projecteurs sont braqués sur le Caire où le Souverain arrive aujourd'hui pour coprésider la 5e session de la Haute Commission mixte. Une importante délégation ministérielle fait le déplacement. Au menu, la signature de plusieurs accords mais aussi la question palestinienne, la situation en Irak, le transfert de la souveraineté au peuple irakien... Cette visite requiert une importance de premier plan. Tout doit être entrepris pour relancer la coopération économique, jugée insuffisante par rapport aux potentialités qui existent entre les deux pays. L'objectif est de hisser cette relation économique au même niveau que le politique. Le Maroc est lié à l'Egypte par une zone de libre-échange depuis quelques années. Cet accord censé faire décoller le volume des échanges n'a pas encore produit ses fruits. Aujourd'hui, il s'agit de recadrer le processus pour permettre une vraie relance. Tout plaide en faveur de cet espoir. Les deux pays ont choisi des systèmes économiques identiques. Les possibilités d'améliorer les échanges existent plus avec l'Egypte que n'importe quel pays arabe. Le traitement des affaires se fait selon les mêmes normes, avec en prime la liberté de commerce. Dans le monde arabe, le Souverain développe une vision stratégique dont “la Déclaration d'Agadir” a été un point culminant. Cet accord vise à mettre en place une zone de libre-échange entre quatre pays: l'Egypte, le Maroc, la Tunisie et la Jordanie. Même si rien n'a encore été fait sur ce plan, l'initiative s'inscrit dans la stratégie de construire des groupements régionaux pour être des interlocuteurs aux grandes puissances économiques. Pour rendre le pays attractif, la taille du marché est décisive. Et là aussi, le Maroc peut jouer un rôle déterminant.Mohamed CHAOUI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc