×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Signal

Par L'Economiste| Edition N°:3295 Le 10/06/2010 | Partager

A l’évidence, personne ne devrait se plaindre des chantiers structurants déployés à l’échelle des grandes villes. Tramways à Rabat, à Casablanca, aménagement de zones logistiques… Ces projets relèvent sans doute pour certains d’une réforme territoriale de grande envergure. Sauf que cette dimension-là, la population n’arrive toujours pas à se l’approprier, lorsque les collectivités locales ne prennent pas la peine d’expliquer, de mettre en perspective, de s’adapter aux nouveaux enjeux. Le déficit de coordination, entre autorités et conseils des villes, le chevauchement de compétences, le gaspillage continuent d’être une source d’inefficacité à l’échelle locale. Les contribuables le remarquent sur plusieurs opérations qui font douter de la capacité de penser à de véritables projets de développement intégrés des métropoles. Les rapports de la Cour des comptes constituent à cet égard un diagnostic éloquent sur les dysfonctionnements qui minent cette faune. Ce qui est regrettable c’est que d’une part, leurs conclusions sont rendues une fois que le mal est fait et d’autre part, leurs recommandations ne sont pas toujours suivies d’effet. Comment convaincre ce contribuable que le programme villes sans bidonvilles, par exemple, où le gouvernement prend soin de fanfaronner mais peine à obtenir des résultats dans une taille critique, ne cautionne pas l’hypothèse d’intérêts divergents, voire de micmacs autour de l’habitat insalubre. Comment expliquer à cet automobiliste qui peste contre ce dos-d’âne réalisé à l’année N mais supprimé à l’année N+1, qu’il ne s’agit pas de gaspillage des deniers publics ou encore que cette énième tranchée ouverte sur le boulevard lambda ne traduit pas des loupés de coordination entre protagonistes. Il y a incontestablement un travail sur la qualité du management local qui doit prouver ses facultés de mise à niveau par rapport à un contexte économique et de développement mouvant. Des attentes qui iront en s’amplifiant à l’avenir. Le signal attendu par tous c’est cette mise à niveau-là. Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc