×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Sang-froid

Par L'Economiste| Edition N°:2218 Le 21/02/2006 | Partager

En matière d’erreurs médicales, il est tout à fait normal que les patients et leurs familles aient des possibilités de recours. L’aboutissement de bon nombre d’affaires en justice, ces dernières années, confirme que le médecin est loin de bénéficier d’une quasi-immunité que son statut lui conférerait. En ce sens, cette évolution met fin à un vieux schéma fortement ancré dans les esprits, à savoir que l’obligation à hauteur des moyens est systématique. Maintenant, il ne faut pas que les juges s’érigent en justiciers. Or, quand on voit la tournure que prennent certaines affaires d’erreur médicale, il y a comme un soupçon de justice populaire dont personne n’a rien à gagner. Même pas le patient. Ces emballements judiciaires trouvent une partie de leur origine dans la tournure médiatique que prennent ces affaires. Une autre dose de subjectivité est, elle, d’ordre sociétal: le médecin renvoie une image de statut social et de réussite qui, parfois, exacerbe les jalousies. On se fie à lui pour sa santé, mais on l’attend aussi au moindre faux pas.En tout état de cause, nous n’avons rien à gagner de voir se développer chez les blouses blanches des réflexes réfractaires. Ou, par la faute du moindre risque thérapeutique, du moindre risque d’erreur, de voir se généraliser des praticiens tétanisés par la peur et explorant peu de voies. Aujourd’hui, conscients des enjeux, une poignée de médecins et de magistrats, deux mondes restés incompris, essayent de relancer le débat, d’établir des passerelles. Celles-ci sont importantes car elles devraient permettre à l’avenir d’éviter d’autres erreurs, celles de la justice. Sur ce registre, on est agréablement surpris par la qualité des arguments développés par nos magistrats, très au fait des contraintes et de la jurisprudence de ces dossiers pourtant assez délicats. Cette expertise est fondamentale. Pour que toutes ces affaires gardent leur sang-froid.Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc