×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Sahara

Par L'Economiste| Edition N°:1261 Le 03/05/2002 | Partager

Le Maroc a fait beaucoup de concessions pour obtenir la paix dans notre région et pouvoir se consacrer au développement économique et social et à la construction de la démocratie. Le Maroc est également conscient que la géographie, l'histoire et la nécessité économique imposent que les pays de la région s'entendent entre eux s'ils veulent un jour se faire une place au soleil. On le sait parfaitement, les ensembles économiques et sociaux, ouverts et compétitifs, doivent se substituer progressivement à des Etats, refermés sur eux-mêmes et incapables de donner des perspectives sérieuses de développement à leur peuple.Aussi dans le dossier du Sahara, le Maroc n'a-t-il pas hésité à évoluer, de l'intégration pure et simple, Rabat est prête à accepter une formule d'autonomie large, dans le cadre de la souveraineté nationale. Cette formule est viable, d'autant plus que le Maroc se démocratise et une structure fédérale, sous une forme ou sous une autre, peut y trouver sa place. C'est clair, le Maroc est allé aussi loin qu'il le pouvait sous peine de remettre en cause la stabilité du pays lui-même. Personne n'a oublié le sanglant précédent de Timor et il ne faut pas l'oublier, car il montre à quel point les théories fumeuses peuvent être destructrices. En croyant résoudre un problème gérable, on en crée un autre ingérable, mille fois plus grave. Cet exemple doit rester présent dans nos esprits et ceux des interlocuteurs du Maroc. Les calculs à courte vue que poursuit l'Algérie ne sont pas l'intérêt des populations du Maghreb. Même l'attitude ambiguë de l'Espagne ne doit pas induire en erreur. Dans cette affaire, il est fondamental que la sagesse et la pondération l'emportent. Il ne faut pas qu'à cause d'une myopie politique l'on serve des primes à l'extrémisme. On sait maintenant où cela peut mener…Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc