×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Saccage

Par Nadia SALAH| Edition N°:5864 Le 14/10/2020 | Partager
salah_nadia.jpg
 

Plaie de l’économie marocaine dans les années 1960-70, la masse salariale de la fonction publique progresse à nouveau plus vite que la croissance du Maroc (L’Economiste du 13 octobre 2020). La Cour des comptes l’a calculée, en 2017. Les 210 pages de ce travail sont accessibles à tous. On trouvera aussi à la Bibliothèque nationale le célébrissime «Rapport Jouahri», sorti en 1980 et qui vient d’être numérisé. On y lit aujourd’hui que les mauvaises habitudes d’autrefois ne sont pas toutes perdues. Quarante ans plus tard.
Au moment du printemps arabe ayant conduit les islamistes au pouvoir, l’idée répandue était que l’Etat du Maroc, dans ses hautes fonctions, avait été kidnappé par des clans d’incompétents. Il fallait donc renverser cela, ce que fit la Constitution de 2011. On retira au Trône la plus grande partie des nominations et on imposa une négociation avec le gouvernement pour la petite poignée qui restait. Les décisions de 2014 n’ont pas modifié la donne. On s’en mord les doigts.
En effet, ceci n’établit pas la confiance perdue, au contraire. Surtout que des enquêtes montrèrent le PJD, et dans une bien moindre mesure, le PPS en train de coloniser la fonction publique. L’exercice a cependant une limite démographique: le nombre insuffisant de compétences disponibles et présentables.
Dans le même temps, on inventa les candidatures et les compétitions, avec parfois des jurés extérieurs. Et on applaudit bien vivement cette «géniale» solution: égalité, ambition, loyauté… 
Pas du tout! 
Hors de la maîtrise politique, des clans et filières s’installèrent, déterminant des guerres intestines où l’autorité doit se négocier. Pourquoi ce saccage, quand on sait le sens du dévouement et de la mobilisation de la majorité des services publics?
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc