×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

S’accrocher

Par Nadia SALAH| Edition N°:5072 Le 25/07/2017 | Partager
nadia_salah_s.jpg
 

Enfin une croissance refleurit en Europe. Cette croissance nous intéresse (voir L’Economiste du 7 juillet pour les détails, par pays). 
Normalement, un pays en voie de développement doit obtenir des taux plus élevés que n’importe quel pays développé. C’est juste un effet statistique dû à la base plus grande chez les pays riches et plus petite chez les pays pauvres. S’il n’en est pas ainsi, c’est que le pays pauvre ne va pas bien du tout. Malheureusement, le Maroc se trouve dans cette position, d’être un pays en voie de développement avec un taux de croissance plus faible que plusieurs pays développés. 
En une dizaine d’années de ce régime de croissance lente, le Royaume a même quitté la zone des pays à revenus moyens. Ne parlons pas du groupe des «pays émergents», qui était notre cible au début des années 2000.  Une cible qui était à portée de main, faut-il le rappeler?
Il n’est pas question de refaire l’histoire ou de construire des plans sur la comète, comme on dit. Néanmoins, il n’est pas interdit de penser que ces enchaînements de croissances lentes, année après année, pèsent aujourd’hui très lourdement dans les motifs de contestation des jeunes hommes et jeunes femmes.
Mais plus encore que les milliards d’investissements gaspillés parce qu’on ne sait plus faire fructifier, c’est le moral de la Nation qui est touché.
Dix années de  croissance molle, parfois de décroissance (quand le taux est inférieur  à celui de la croissance démographique), alimentent le doute et le cynisme. Elles les rendent très contagieux. 
Un tel contexte rend les citoyens fragiles face aux manipulations politiques. Cet environnement les pousse à accepter, sans esprit critique, les thèses des boucs émissaires. Un cercle vicieux de dégringolade.
Puisqu’on n’arrive plus à créer de la croissance au Maroc, au moins 
accrochons-nous au train de l’Europe.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc