×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Routes

Par L'Economiste| Edition N°:942 Le 24/01/2001 | Partager

Port d'armes prohibées et tentative de meurtre permanente: c'est pour ces motifs qu'il faudrait enfermer la moitié des automobilistes du pays. Dans cette catégorie, les professionnels sont encore plus dangereux que les amateurs. Beaucoup de chauffeurs de car, de camion et grand taxi sont des petits terroristes au volant de bombes à retardement. Tout le monde le sait et après chaque accident, comme celui sur la route de Tahanaout, chacun y va de son lamento. En fait, il ne s'agit pas d'accidents fortuits, de défaillances mécaniques ou de négligences humaines, mais de fautes délibérées. Comment de gros cars peuvent-ils être autorisés à monter vers Moulay Brahim quand la route donne des frissons aux automobilistes qui se croisent en petites voitures? Comment les routes crevassées peuvent-elles être ouvertes à la circulation? Comment des cars peuvent-ils prendre des places assises et des places debout? Comment des véhicules roulent-ils encore alors que même les ferrailleurs les refusent au poids? Parce que les lois ne sont pas appliquées, quand il s'agit de vies en danger: c'est aussi simple et gros que cela. Il ne s'agit plus de “prendre des mesures”, de voter des textes, de mener des campagnes de sensibilisation, mais d'appliquer ce qui est décidé et à l'évidence, dans l'intérêt général. Le contrôle des véhicules vétustes n'est pas contrôlé, les camionneurs, puissant lobby de la route, refusent le mouchard de vitesse et revendiquent le droit à l'excès de vitesse. La route n'est pas l'état de droit, de la priorité à droite, du signal pour tourner, de la sociabilité, de l'assistance à celui qui change un pneu, du sourire aimable... c'est le rapport de forces, au tonnage: le camion qui fonce devant la voiture, qui elle-même passe devant le vélomoteur, qui a priorité sur la bicyclette... et gare au piéton. Le seul rapport social est le klaxon.Les sociétés d'aujourd'hui sont fondées sur la libre mobilité. Nos routes sont la libre hostilité. Khalid BELYAZID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc