×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste
  • prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière Membres de L'Economiste Qui sommes-nous

  • L'Edito

    Privilèges

    Par L'Economiste| Edition N°:3615 Le 14/09/2011 | Partager

    Heureusement qu’il y a la presse et la CGEM pour mettre le sujet budgétaire à l’ordre du jour. Sans elles, on finirait par croire que le Maroc est un pays n’ayant nul besoin d’un budget et qui, comme dans les contes de fées pour enfants, vit de l’air du temps.
    Ou alors on pourrait imaginer que le Maroc est un pays si totalitaire que personne n’a le droit d’y parler des finances publiques; moins encore qu’en Corée du Nord!
    Malheureusement, les contes de fées n’existent pas; sauf quand ce sont des comptes purs et durs.
    Cependant, rien ne perturbe nos hommes politiques, pas même l’angoisse qui monte dans l’opinion publique : elle n’a personne à qui parler, alors que le monde entier discute budget, finances publiques, déficits et redressement, surtout dans les pays qui ont des élections au programme.
    Tout le monde voit bien qu’il y a des enjeux colossaux, des redistributions et des sacrifices. On comprend bien que le monde ne sera plus jamais comme avant, qu’il y a des reconstructions radicales à faire…
    Dans cette vaste remise en cause, les Marocains sont davantage sollicités par les débats et discours des classes politiques espagnole, française, européenne, voire américaine, grecque ou allemande que par notre propre classe politique, que par notre propre gouvernement.
    Parce que notre classe politique est démissionnaire, et ce en dépit de tous les avantages et responsabilités que lui donne la nouvelle Constitution, les Marocains sont davantage focalisés sur les enjeux politiques à Paris ou à Madrid que sur Rabat. Parce qu’ils n’existent pas en tant que citoyen aux yeux de leur propre classe politique, les Marocains débattent et pensent comme s’ils étaient plus citoyens de France ou d’Europe que de leur propre pays, le Maroc!
    Par la stratégie du vide, notre classe politique a réussi à évincer les citoyens. Quel meilleur moyen de conserver privilèges et avantages?!

    Nadia SALAH

    Chère lectrice, cher lecteur,

    L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
    Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

    Mot de passe oublié?
    CAPTCHA
    This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
    ABONNEZ-VOUS

    Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
    Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc