×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Poisse

Par L'Economiste| Edition N°:1410 Le 05/12/2002 | Partager

Le Maroc aurait-il la poisse? En l'espace de quelques jours, des inondations d'une rare violence ont dévasté Mohammédia, des pluies diluviennes ont noyé la zone industrielle de Berrechid, un incendie a ravagé la seule raffinerie du pays, des pipelines ont pris feu et des bassins de traitement d'eaux usées se sont fissurés. C'est beaucoup en si peu de temps. Cela sans compter le nombre de personnes qui ont péri ou sont portées disparues.Aujourd'hui, plus de dix jours après, les industriels et les populations se battent encore contre la boue avec leurs propres moyens et le peu dont disposent les autorités locales.Les ZI qui, en principe, doivent être la fierté d'un pays et figurer parmi les éléments-clés de sa compétitivité, n'ont pas le minimum. Celle de Berrechid, où tout manque, de la voirie à l'éclairage en passant par la signalisation et l'assainissement, est considérée par les autorités locales comme exemplaire. C'est un comble! Les unités ont investi en toute confiance dans ces zones et payent chaque année des dizaines de millions de dirhams de taxes. En retour, elles exigent des vraies routes goudronnées, des vrais systèmes d'évacuation des eaux, des vraies canalisations… si bien sûr, ces élus n'y voient pas d'objection. C'est ainsi que l'on tue dans l'oeuf l'industrialisation et l'emploi. Et par ricochet l'investissement.Le Maroc aurait-il finalement la poisse? Oui, pour avoir des routes mal faites. Oui, pour avoir des zones industrielles dénaturées, des infrastructures vétustes, des autorités complètement déconnectées... Le même scénario se répète, pour la deuxième fois, avec un peu plus de violence, entraînant des pertes de points dans sa croissance à chaque fois, des pertes de marchés, d'emplois... Le pays finira-t-il par le comprendre et sortir de son agaçante léthargie?Finalement, ce n'est pas du tout une question de poisse, mais...Meriem OUDGHIRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc