×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

OCE

Par L'Economiste| Edition N°:3113 Le 23/09/2009 | Partager

Le gouvernement a sorti des sables le projet d’ouverture du capital qui doit permettre de transformer l’Office de commercialisation et d’exportation (OCE) en société anonyme. Et ce ne sont pas les arguments qui manquent pour réclamer cette transformation. Les petits producteurs notamment sont à court d’outils d’accompagnement et ont plus que jamais besoin d’une prise en main. Non pas par rapport au développement d’un marché qui est déjà là, mais plutôt à la nécessité de monter en gamme dans la qualité exigée par ces mêmes marchés. C’est là où l’OCE devrait intervenir. Sa transformation a pour but de donner un visage plus moderne à une institution mythique mais qui a fini par devenir une coquille vide en raison de freins statutaires et financiers. De toutes les tâches que l’Office a eu à accomplir ce ne sera sans doute pas la plus facile. Il restera encore aux dirigeants à donner corps au changement pour adapter la structure aux exigences de commerce équitable, de compétitivité et de concurrence auxquelles sont confrontés ce qui devraient être ses clients. Même si le Plan vert a créé un contexte favorable, il y aura sans doute encore des obstacles de procédures ou du casting qui devraient siéger au tour de table. Mais si l’ensemble des filières ont engagé de courageuses restructurations, il n’y a pas de raison que l’institutionnel ne suive pas.Sur ces ambitions il y a sans doute des obstacles à éviter. Le plus dangereux serait que le gouvernement reprenne d’une main ce qu’il donne de l’autre en termes d’autonomie et d’ouverture. Il lui faut impérativement faire confiance à une instance dont il semble souhaiter aujourd’hui la réforme pour plus d’efficacité dans la gestion. Cette réforme, il faut le reconnaître, l’ancien Premier ministre Driss Jettou y tenait. Abbas El Fassi l’aura réactivée aussi. L’appui politique est donc là. Il faut maintenant les résultats.Mohamed Benabid

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc