×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste

L'Edito

Nouvelle défense

Par L'Economiste| Edition N°:2900 Le 12/11/2008 | Partager

Le ministre délégué chargé de l’Administration de la Défense nationale a présenté au Parlement le budget de la défense pour l’année 2009, qui se monte à 35 milliards de DH.Il apparaît que les plus hautes autorités de l’Etat se préoccupent de mettre en place une nouvelle stratégie de défense plus adaptée aux menaces internationales actuelles. Celles-ci se présentent sous deux formes: soit le danger militaire que peut présenter une puissance étrangère, voisine ou non, soit le danger subversif et idéologique se développant à notre époque: réseaux terroristes, mafieux…C’est pourquoi la nouvelle stratégie qui se dessine, selon le ministre Abderrahmane Sbaï, est axée sur deux aspects.Le premier est une réorganisation des Forces armées royales, tant au plan de l’équipement qu’au niveau du déploiement géographique et au niveau de l’organisation interne proprement dite. Le deuxième est une action pour immuniser les militaires, intellectuellement et idéologiquement, contre l’extrémisme, lequel est la menace la plus sérieuse à notre époque.En effet, une politique de défense doit être réaliste et efficace, tenant compte des possibilités économiques et humaines réelles du pays. Il ne sert à rien d’acheter des centaines d’avions et des missiles à des prix exorbitants et qui ne serviront jamais. C’est un piège dans lequel beaucoup de pays pétroliers, dont l’Algérie, sont tombés et que le Maroc a réussi à éviter jusqu’ici.Par contre, il est plus judicieux de se préoccuper sérieusement de la formation et de l’encadrement des hommes, et qu’ils soient effectivement dotés de l’armement le plus adapté à la réalité de la menace.Il ne faut pas se leurrer: dans le contexte international du Maroc, l’Espagne n’est pas à être considérée comme une menace; seule l’Algérie, malheureusement, demeure une menace potentielle. Le Polisario en est une également. Mais les plus virulentes restent les menaces subversives et terroristes.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc