×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    eleconomiste

    eleconomiste
    L'Edito

    Mortalité

    Par L'Economiste| Edition N°:1975 Le 10/03/2005 | Partager

    C’est une véritable gymnastique financière à laquelle doivent se livrer, sous peu, les compagnies d’assurance privées. Traduire dans les faits, et surtout dans les comptes, la mise à jour des statistiques qui servent au calcul des rentes en assurance vie. Bien des soucis en perspective pour les actuaires et les comptables. L’effort financier devrait avoisiner plusieurs milliards de dirhams, selon les premières estimations. Le projet de révision des tables de mortalité repose évidemment la délicate question de la revalorisation des réserves mathématiques des compagnies. Aujourd’hui, pour un secteur sous pression, le plus dur c’est de gérer plusieurs contraintes à la fois. Déjà que les opérateurs semblent pris en tenailles entre les nouvelles exigences du code des assurances, les arriérés de primes et les impératifs du Fisc, pas toujours d’accord avec les recommandations de la direction des Assurances et de la Prévoyance sociale. Ce qui est sûr au moins, c’est qu’il n’est pas question d’entretenir de faux espoirs sur vos futures retraites. Les rentes sont déterminées aujourd’hui à partir des tables de mortalité françaises des années 50. Forcément, cela relativise les calculs! Mais d’un autre côté, il serait trop risqué pour la tutelle d’adopter des données plus actualisées sans que les assureurs ne révisent leur niveau de provisions. Il en va de la santé financière du secteur, car le coût des retraites ou des rentes est différent lorsque les gens vivent plus longtemps. Si l’assureur est trop généreux au départ dans le calcul de ces rentes, il n’aura plus de marge de manœuvre pour les revaloriser à l’avenir. Finalement, vivre plus longtemps ne fera pas toujours que des heureux. Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc