×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Momentum

Par L'Economiste| Edition N°:1908 Le 02/12/2004 | Partager

Hassan Bernoussi et son équipe à la direction des Investissements, auprès du Premier ministre, méritent un coup de chapeau: hier, il n’y avait pas assez de places dans le grand hall de conférence du Palais des Congrès de Skhirat pour que tout le monde puisse s’asseoir. C’est du jamais vu pour ce genre de manifestation. Le phénomène est d’autant plus remarquable (et remarqué) que ces Intégrales de l’investissement ont volontairement renoncé à jouer du «star system», pour faire le plein avec de simples curieux. Les entrepreneurs sont là pour travailler, discuter, peut-être négocier, pas pour voir passer les vedettes habituelles de la politique ou des affaires.Bien sûr, c’est la suite qui compte: les Intégrales n’auront déplacé que du vent si elles ne transforment pas l’ardent souhait de développer l’investissement en stratégie sérieuse et appliquée. Une stratégie valable partout et dans toutes les têtes, du vaste bureau ministériel à la plus petite des arrières-boutiques de province.Car l’enjeu est là. En haut, à Rabat, les choses agacent, irritent et énervent, mais dans le fond, tout finit par se faire cahin-caha. En bas, impossible de surmonter le plus petit chaos de la route. Loin de la capitale et du pouvoir, tout tombe en panne pour un rien. Pis, nulle intelligence de la situation n’ose se manifester alors que c’est justement à l’échelle locale qu’il est si simple de régler le plus de problèmes en un tournemain.Mais la volonté de réussir n’a pas dit son dernier mot: s’il y a tant d’entrepreneurs intéressés au point d’accepter de s’asseoir par terre lors de ce congrès, c’est qu’il y a un «momentum» pour une vraie rencontre entre le désir des entrepreneurs et celui des politiques. Ce sont des moments rares, qui se préparent de très longue main et que l’on ne va pas inventer avec une baguette magique. C’est ce moment qui est là devant nous et qu’il faudra saisir pour une vraie réforme de la pensée et des comportements, ce qui est plus difficile encore que les réformes de lois.Nadia SALAH

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc