×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

m-paiement

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5238 Le 27/03/2018 | Partager
mohamed_benabid.jpg

Dans un pays qui compte 44 millions d’abonnés mobile l’on peut regretter de ne pas y avoir pensé plus tôt.  Banques et opérateurs télécoms sont en principe assez matures pour trouver un compromis qui ne lèse aucune partie sur le projet de m-paiement. La régulation y contribue aussi.

La législation a d’ailleurs été suffisamment innovante et réactive en introduisant la notion d’établissement de paiement sans pour autant céder sur les impératifs de contrôle. On n’est jamais trop vigilants. BAM a sans doute raison d’être extrêmement pointilleuse sur les agréments des activités de monnaie électronique ainsi que sur la surveillance prudentielle de ces établissements. Au-delà des mesures contraignantes, attention à ne pas prendre le risque d’ankyloser les initiatives.

Généralement, il n’y a pas beaucoup d’options sur le casting des prétendants en matière de paiement mobile. Soit c’est un opérateur de réseau mobile qui propose le service, soit  une banque, soit encore un intermédiaire spécialisé. Les deux premiers établissent leurs offres sur la base d’une clientèle captive tandis que le troisième doit tout construire à zéro.

C’est surtout ce troisième modèle qui reste précaire et donc à surveiller. Même si les marges de généralisation sont importantes, la carte bancaire a fortement contribué à remodeler le paysage du paiement, en refaçonnant les habitudes de consommation, et pour la partie comptable, en faisant la chasse au black.

Le paiement mobile peut aller plus loin en récupérant notamment une population qui est restée intouchable des circuits bancaires classiques. La double perspective, télécom et bancaire, des solutions de paiement mobile appelle justement à une double mobilisation et à une double régulation de manière à ne léser aucune partie dans les arbitrages qui se profilent.

Or sur les  télécoms, une certaine pesanteur est constatée comme s’il n’existait pas d’objectif économique et stratégique à atteindre, comme si ce secteur entrait par effraction dans le débat du m-paiement et comme si le régulateur était en léthargie. L’ANRT doit rapidement dissiper ces inquiétudes.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc