×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Le vrai Doing Business

Par Abashi SHAMAMBA| Edition N°:5503 Le 25/04/2019 | Partager
abashi_web.jpg
 

La perception est la moitié de la vérité, mais le vécu est bien plus qu’une part de la vérité. Pour les chefs d’entreprise et les investisseurs, le quotidien avec les administrations, les va-et-vient incessants pour solliciter les autorisations, les ravages de la concurrence du secteur informel… constituent le seul Doing Business qui vaille. Loin, très loin devant le rating du climat des affaires que publie la Banque mondiale chaque année à l’automne. Lorsque le gouvernement se félicite par exemple de «l’impact de la réforme du dispositif du livre V du code de commerce sur le Doing Business du Royaume», les banquiers lui répondent en écho qu’il faut placer les tribunaux de commerce en redressement judiciaire. Ils l’ont encore répété à la dernière réunion avec la CGEM et Bank Al-Maghrib. Car le recouvrement des créances par le canal de la justice commerciale est un véritable chemin de croix. Il faut non seulement être patient mais savoir parfois activer ses propres relations informelles pour «accélérer le dossier». Résultat, les banques répercutent naturellement ce risque additionnel dans le loyer de l’argent. Et ce sont surtout les PME et les TPE qui en pâtissent le plus. Le promoteur d’une crèche, d’une école privée ou d’un restaurant, crée juridiquement sa société en un clic. 48 heures, tout au plus. La création d’entreprises n’est pas du tout un problème. Ce qui l’est en revanche c’est le début effectif d’activité suspendu à une batterie d’autorisations et d’inspections (souvent de forme). Sur ce plan, on n’est pas bon du tout. La tonalité du Livre blanc que la fédération de la distribution vient d’adresser aux pouvoirs publics (voir notre article en page 6) est à sa manière un condensé de tous les petits tracas du quotidien qui empoisonnent la vie des entreprises qui ont fait le choix d’exercer dans le secteur formel. Le harcèlement des entreprises qui essaient de respecter les lois et réglementations contraste avec la mansuétude dont bénéficie le secteur informel. Il est temps d’en finir avec ce paradoxe.

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc