×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Lassitude

Par L'Economiste| Edition N°:3036 Le 01/06/2009 | Partager

Qui ne l’a pas encore compris? Une partie d’échecs va se dérouler sur le terrain politique au cours des prochains jours, et le PAM sera incontestablement au centre du jeu. La formation d’El Himma bombe le torse, officiellement pour protester contre les restrictions sur la transhumance dont elle se dit victime. On verra bien si cette stratégie d’épouvantail sera efficiente, quel en sera le prix pour le gouvernement El Fassi et surtout quelles en seront les conséquences sur les intentions de vote. Ce genre d’épisode ne fait que brouiller les messages, la carte politique et rend les arbitrages compliqués pour l’électorat. Pour cette année, El Himma et Chabat, dont les éclats ont résonné avant le déclenchement même des campagnes, auront été les seuls à «épater» la galerie. Ces ambiguïtés ont alimenté les slogans de dénonciation, de volte-face... Mais après?Sur les communales, l’opinion sent que le rendez-vous les concerne mais ne les intéresse pas assez.Dans ce scrutin perméable aux sujets parasites, aux coups de force de dernière minute, comme l’opération du PAM, les partis ne semblent toujours pas capables d’offrir des visions d’avenir ou d’accompagner les jeunes pour faire face à des crises existentielles ou de valeurs... Or c’est probablement sur les réformes de fond qu’on les attend le plus.La crise PAM devait conduire probablement à de nouvelles négociations, à rebrasser les cartes. Ce qui ne ferait que renforcer ce constat. Quant aux électeurs qui ont besoin de références stables, ils doivent prendre leur mal en patience. Et tant pis s’il existe un réel risque de lassitude politique en cas de retour à la routine classique. Risque qui, comme on le sait, mène aux extrêmes, ou aux votes extrêmes...Mohamed BENABID

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc