×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L’Etat

Par Nadia SALAH| Edition N°:5062 Le 11/07/2017 | Partager

Commençons par mettre les choses à leur place: nous avons la chance d’avoir un Etat qui fonctionne. Il suffit de comparer pour comprendre. En Egypte, pays de longue tradition étatique s’il en est,  il a fallu un coup d’Etat militaire pour stopper la déliquescence d’un Etat passé sous le contrôle des Frères musulmans. En Turquie, héritière d’un empire prépondérant,  l’Etat a été assujetti au despotisme d’Erdogan, chef du PJD turc. En Irak puis en Libye, les agressions occidentales ont sciemment visé l’Etat: ces nations  sont détruites pour très longtemps. Leurs habitants ont été jetés dans la violence et la misère. 
Quand, comme au Maroc, on vit depuis longtemps en paix, qu’on a un Etat globalement respectueux du droit, on n’imagine pas ce que peut être une existence de peurs et de violences.
Soyons clairs: quand un Etat s’effondre, il écrase sa population. De cela, nul Marocain ne veut. Pas plus qu’il ne veut d’un Etat vecteur d’abus.
Or voilà que surgissent des abus. Refuser d’informer; évincer les réformes; renier ses dettes et mettre en difficulté les entreprises; s’octroyer des retraites plaquées-or impossibles à financer;  s’abstraire de ses devoirs… Et, cerise sur le gâteau, mettre le parc automobile de l’Etat hors du champ de la loi. 
C’est une petite cerise, mais c’est justement ce qui rend ses abus aussi provocants, aussi insupportables.
Pris dans leur ensemble, ces manquements acquièrent une signification. Une seule, en fait: renverser l’ordre politique, changer l’objectif de ce génial outil de cohésion nationale et sociale, pour mettre un morceau de l’Etat au service de ceux qui devraient le servir. 
Face au gigantisme d’un Etat, c’est bien peu, dira-t-on. Erreur! Le montant ne compte pas, car ce sont des principes fondateurs qui sont ainsi violés et mutilés. 
Pour en comprendre les conséquences, il n’y a qu’à regarder la multiplication des contestations…

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc