×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:458 Le 08/03/1999 | Partager

Le colloque sur la justice administrative a clos hier ses travaux à Casablanca.
La création des tribunaux administratifs est intervenue pour répondre à un besoin de spécialisation et à un besoin de diligence. Le rôle de la justice administrative ne s'arrête cependant pas là.
Dans son effort pour combler le retard de développement, le Maroc ne doit négliger aucun élément susceptible de contribuer à accélérer le rythme. Il ne faut pas croire que le rôle de ces juridictions administratives s'arrête à la protection des citoyens contre les abus, rôle déjà éminemment important. La mise à niveau, si indispensable à notre économie, suppose une administration moderne et efficace.
L'élaboration des règles n'est pas suffisante s'il n'y a pas des organismes capables d'en imposer le respect.
En fait, dans la gestion des affaires publiques, l'Etat moderne et bien organisé doit fonctionner comme une tenaille: d'un côté le pouvoir politique qui donne l'impulsion sous forme de règle de droit, de l'autre la justice qui garantit le respect de ces règles. Entre les deux, il y a l'appareil administratif, outil indispensable, dont la fonction est la mise en oeuvre des règles par le premier sous le contrôle du second.
En dehors de cette tenaille, les dérives sous toutes les formes menacent.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc