×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    L'éditorial

    Par L'Economiste| Edition N°:85 Le 24/06/1993 | Partager

    Au cours de la campagne électorale, l'objectif de libéralisation n'a pas été fondamentalement remis en cause: les critiques ont porté sur les méthodes ou sur les soins à consacrer pour redresser les effets pervers, mais pas sur le fond. Sauf pour les besoins d'un bon mot ou d'un article bien tourné, il est clair que la libéralisation, en elle-même, fait partie du consensus minimum. C'est donc sans susciter d'interrogations que la Lettre Royale est venue réaffirmer ce cadre.

    Ce signal clair du maintien de la libéralisation était néanmoins nécessaire : la façon qu'ont les Marocains d'échanger entre eux les messages n'est pas suffisamment transparente pour que les partenaires étrangers soient parfaitement sûrs que les critiques lues ou entendues ne sont pas une remise en cause de fond. Le signal a d'ailleurs été bien capté puisque, campagne ou pas, la cote de la dette marocaine continue de monter sur le marché secondaire à Londres, soutenue au passage par la prestation du ministre des Finances à New York.

    Il y a pourtant un point d'interrogation : le programme de relance préparé en ce moment par le gouvernement de M. Karim-Lamrani restera-t-il vraiment dans l'axe global du libéralisme ?

    La tentation est forte de résoudre des problèmes pressants, oh combien !, de trésorerie des entreprises, d'investissements...par des mesures administratives qui seront agréables à annoncer, qui donneront l'impression d'une réaction gouvernementale rapide et déterminée, mais qui seraient à l'exact opposé de la libéralisation.

    C'est le risque majeur qui pèse sur ce programme : faire des effets d'annonces sans intégrer la profondeur stratégique de la libéralisation.

    Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc