×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:67 Le 18/02/1993 | Partager

Toutes les interrogations sur le comportement de la conjoncture de l'année 1993 se concentrent, en cette fin de Février: les rythmes économiques ne vont pas, au Maroc, de Janvier à Décembre, mais de Mars à Février, forte présence agricole oblige.

Doit-on faire des ajustements ou pas?

Certes, il est encore dix jours trop tôt pour exiger une réponse.

Cependant, ce qui compte dès maintenant c'est d'avoir la certitude que les éléments d'appréciation puissent être rassemblés et évalués de manière cohérente.

Il serait fort préjudiciable en effet de rééditer le mécanisme de I'année dernière où le succès de la lutte contre l'inflation a été payé par la baisse des investissements et de la création des emplois industriels.

La sécheresse de 1992, à, travers les revenus agricoles, n'a joué que sur la fin de l'année. Or, c'est au début de 1992 que se sont noués les mécanismes qui ont fait l'essentiel des anticipations, et donc des comportements économiques. On peut admettre que le climat électoral ait pu peser mais le coeur reste le choix de politique financière et ce, bien avant que les revenus agricoles ne s'effondrent.

En évoluant vers le libéralisme, l'approche que l'on doit avoir de la stratégie économique doit changer. Les entreprises et les ménages deviennent les acteurs centraux, capables de faire ou défaire la croissance, par leurs simples anticipations.

Il ne paraît donc pas raisonnable et responsable, pour la deuxième année de suite, de maintenir des objectifs de finances publiques aussi serrés que ceux de 1992. Ce serait, ni plus ni moins, recréer, en plus fort et plus ample, l'environnement des anticipations en faveur du repli. Ce serait aussi pénaliser lourdement ceux qui ont anticipé la poursuite de la croissance et récompenser l'attentisme.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc