×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 203.440 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 254.995 articles (chiffres relevés le 29/5 sur google analytics)
L'Edito

Irresponsables

Par Nadia SALAH| Edition N°:4846 Le 30/08/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

En 18 mois, 28 morts rien qu’à Casablanca. Des personnes écrasées par la maison qui les «abritait». Ce n’est plus un malheureux  hasard. C’est un problème grave et public, avec morts d’hommes. C’est donc une question politique et une question de politique. Pourtant ce n’est pas tout: nul ne tient le compte des bâtiments abîmés, à réparer ou définitivement perdus. Pour les citoyens, l’épargne d’une vie est perdue, souvent restera un lourd endettement pour 5, 10 ou 15 années.
Partout ailleurs, il y aurait commission d’enquête du Parlement, du gouvernement, des fédérations professionnelles, de l’Ordre des architectes... Ici, nullement, comme s’ils n’étaient pas concernés.
Un directeur général de la CDG, holding public, a goûté à la garde à vue pour du carrelage mal assorti. Rien de tel, rien d’approchant pour des entrepreneurs amateurs et vrais meurtriers: sont-ils protégés par leur incompétence?
Des dahirs, des lois, des arrêtés et des circulaires sur la construction, il en existe des tonnes. Ils ne servent à rien.
Des ministres? On en a aussi des tonnes. Deux directement chargés de la construction. Pas n’importe lesquels puisque, dans la première équipe Benkirane, tous deux étaient chefs de leur parti, PPS et MP. Cinq autres auraient dû se sentir concernés, ceux  de l’emploi, de la formation professionnelle (2), du secteur informel et de la fonction publique puisque les drames viennent de l’ignorance, de la fraude et de la négligence. Sans compter l’incompréhensible indulgence du chef du gouvernement qui ne laisse pas passer des bisous interministériels ou un stade inondé, mais ne dit rien pour les maisons tueuses.
Combien faut-il de morts encore avant que ce monde irresponsable veuille bien s’occuper de la lutte intelligente contre les mauvaises constructions?

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc