×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Intolérable

Par L'Economiste| Edition N°:1023 Le 23/05/2001 | Partager

Chaque jour, des Palestiniens meurent, assassinés par l'armée israélienne. Les accords d'Oslo ne sont plus qu'un lointain souvenir. Israël a transformé ce qui était un espoir de paix en un piège mortel pour les populations. Les territoires autonomes sont devenus une souricière pour les dirigeants palestiniens. Même les instances internationales ne semblent pas pressées de réagir, y compris quand, images choquantes entre toutes, des avions militaires attaquent des civils. Dans ce cas, les principes fondamentaux de notre époque, les droits de l'homme, le droit humanitaire sont d'une application sélective. Ceci est intolérable et il ne faut pas le tolérer.L'Autorité palestinienne a demandé à maintes reprises l'instauration d'une force internationale pour protéger le peuple palestinien du génocide. Mais, l'opposition des Etats-Unis a empêché toute action dans ce sens. Les Etats arabes ne peuvent rester indifférents: les peuples arabes ne l'admettraient pas. Nous autres Marocains, qui avions cru que le processus de paix entamé à Oslo et poursuivi à Casablanca, pouvait changer le cours des événements, devons admettre aujourd'hui que nous avions tort. Israël ne donne pas le même sens à la notion de paix que le reste du monde. Dans la culture israélienne, il y a un tel mépris pour les Arabes, qu'elle ne se sent même pas obligée moralement par les engagements pris.Les Marocains doivent tirer la leçon et ceux qui de bonne foi avaient entrepris des relations politiques et commerciales avec les Israéliens doivent comprendre qu'il leur appartient de faire pression pour que leurs partenaires eux-mêmes agissent ou qu'ils y mettent un terme.En effet, si ouverture il doit y avoir, elle ne peut se faire au détriment du peuple palestinien. Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc