×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Intérêts

Par L'Economiste| Edition N°:3038 Le 03/06/2009 | Partager

Il faut reconnaître au PAM, le parti de Fouad Ali El Himma, d’animer la vie politique.Les partis politiques nous ont habitués à mener leurs polémiques, bien cachés dans les coulisses. Ces partis n’avaient-ils pas, durant de longues semaines, omis d’informer leurs propres électeurs sur la formation du gouvernement et les tractations qu’ils engageaient avec les autres formations politiques ou avec le Palais ?Bien plus, il était devenu de bonne pratique politique de ne pas mettre ses discussions, négociations et débats sur la place publique.Le PAM, au contraire, a pris le contre-pied de ces usages détestables. Il a mis ses polémiques sur la place publique, directement.Il fait d’une pierre deux coups. D’un côté, il en a rapidement retiré une grande visibilité, de l’autre, il a mis ses adversaires dans l’embarras, moins habitués à la publicité des débats.Autres temps, autres mœurs.Ce faisant, le PAM a ouvert des voies dont nul ne maîtrise les conséquences: menacer de se retirer du Parlement parce qu’on n’est pas satisfait du fonctionnement de la vie politique est dangereux pour la démocratie elle-même. Cette menace la fragilise. Ceci signifie que ce n’est pas le poids électoral qui compte, mais le poids politique occulte.Se retirer de la majorité gouvernementale à la veille d’une élection fragilise toute alliance avec lui. En effet, les alliances gouvernementales sont censées être fondées sur des convergences d’intérêt général. Si des intérêts particuliers et conjoncturels l’emportent, alors la démocratie est gravement malmenée. Et c’est plus grave aux yeux de l’opinion publique, qui considère que le PAM est le parti du Roi. De la sorte, c’est la Monarchie elle-même qui se trouve mise au rang des autres acteurs politiques. Cela peut comporter des avantages à court terme, mais sur le long terme, cela détruit le socle institutionnel du pays.Abdelmounaïm DILAMI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc