×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Idéologie

    Par L'Economiste| Edition N°:2353 Le 04/09/2006 | Partager

    Les informations diffusées sur les dernières cellules terroristes, mises hors d’état de nuire, montrent à quel point le problème est complexe: la majorité des prévenus appartient à la classe moyenne et même, pour une partie d’entre eux, aux milieux franchement aisés. Cela montre bien que le problème ne se situe pas seulement au niveau économique. Il est avant tout moral, idéologique et intellectuel. Les terroristes puisent dans le magnat commun de l’islamisme, le même qui alimente d’autres courants y compris ceux qui agissent dans la légalité. Toutes les sociétés génèrent des lignes idéologiques multiples, qui se contredisent et se neutralisent; elles génèrent aussi des axes fortement mobilisateurs tournant autour de la politique, de l’idéologie, de la morale, de la religion et, ne l’oublions surtout pas, de la joie de vivre. Et elles construisent et mettent en avant les figures qui personnalisent ces axes. Autour de ces héros, se focalisent les ambitions et les fantasmes de chacun.Dans des sociétés comme la nôtre, ayant longtemps vécu sous un régime autoritaire, on croyait qu’il ne devait y avoir d’autres héros que le chef. Toutes avancées différentes étaient combattues comme séditieuses. De ce fait, les gens assoiffés de modèles, les prenaient à l’étranger ou dans l’underground.Ce n’est pas un hasard si les Marocains, y compris les plus anti-islamistes, ont conféré à Nasrallah, le chef du Hezbollah libanais, le statut de héros: ses hommes ont résisté, tandis que lui parle constamment de ce combat et dans ce qu’il dit, chacun projette ses ambitions et ses frustrations. C’est le rôle des héros.Le Maroc, s’il veut gagner la bataille contre l’extrémisme, doit favoriser l’émergence de héros multiples: musiciens, sportifs, policiers qui se sacrifient, pompiers, militaires morts ou prisonniers au Sahara…Le combat contre l’obscurantisme est d’abord un combat idéologique. Le Maroc l’a compris, reste à ce que la mise en œuvre soit complète.Abdelmounaïm DILAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc