×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

H’chouma

Par Nadia SALAH| Edition N°:5164 Le 08/12/2017 | Partager
nadia_salah.jpg

H’chouma! Trois fois h’chouma! Inscrire la Tunisie sur la liste noire des paradis fiscaux et ne pas y mettre l’Irlande, les Pays-Bas,  le Luxembourg. Ce qu’ont fait là la Commission et le Conseil des ministres de l’Union européenne n’est ni de la politique, ni du droit. C’est une honte.

Rappelons que le Maroc aussi y était inscrit et qu’il n’en a été sorti qu’à la dernière minute, après un intense lobbying.
Comme d’habitude, le Conseil et la Commission vont arguer des procédures qui, disent-ils, se doivent d’être aveugles et impersonnelles. De plus, ils sont les champions du «c’est pas moi; c’est l’autre». C’est exactement ce genre d’attitude qui les fait détester par les citoyens européens, leurs propres citoyens alors que l’Union est sans aucun doute la plus belle des institutions fabriquées de mains humaines.

Du coup, la Commission, avec ses experts, et le Conseil, avec ses politiciens, ont rendu les procédures stupides et ridicules, puisqu’ils ont été capables de «blacklister» la Tunisie et de blanchir (sans jeu de mots) les champions affichés et revendiqués de la fraude fiscale cités plus haut.
Ils ont réussi trois  paris:
D’abord, ils sont parvenus à s’imposer par la morgue et l’arrogance. Pas par la logique, ni par l’équité. Morgue et arrogance sont les moyens de l’abus de pouvoir et de l’excès de la force.
Ensuite, ils sont parvenus à dégager la responsabilité de leurs propres évadés ou fraudeurs, et de leurs propres services fiscaux, en faisant porter cette charge sur d’autres pays que les leurs.
Puis, via des médias peu regardants sur le fond des problèmes, ils font croire à leurs opinions publiques que politiciens et experts s’empressent  pour  les servir…  tout en se gardant bien d’agir.
Leurs pères ont conceptualisé les droits de l’Homme, la démocratie et la justice. Leurs descendants abâtardissent cet héritage qui ne leur appartient plus.

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc