×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Flou

Par Nadia SALAH| Edition N°:4780 Le 25/05/2016 | Partager
salah_nadia_2015.jpg

Beaucoup se demandent à quoi jouent les statisticiens quand ils affichent des taux de croissance différents. En période électorale, cela compte. Les ministres et leurs partis respectifs veulent les avoir de leur côté pour se faire élire ou réélire. Cela marche aussi dans l’autre sens, quand les opposants veulent prendre les places au Parlement et si possible au gouvernement. Le taux de croissance est devenu une mini-arme de guerre, d’autant plus importante que le taux est maigre.
Mais  les citoyens, eux, sont souvent agacés  devant les différences: un taux de croissance à 2% va être remplacé par un autre plus petit ou plus gros, puis viendra la Banque mondiale ou le FMI pour donner encore un autre chiffre… L’impression est que la confusion règne.
En fait, il faudrait exiger des statisticiens qu’ils expliquent davantage leur méthode et qu’ils précisent les dates. Les différences ne tiennent qu’à cela. Encore faut-il le dire et le redire, pour que l’idée de chiffres flous et faux ne s’installe pas.
Pendant ce temps, de nombreuses voix s’élèvent pour réclamer des «remises en ordre».  
Ce n’est pas toujours innocent: avec un argument raisonnable, certaines de ces demandes ont un objectif  très particulier: s’arroger le monopole de la statistique et interdire à quiconque d’en produire en dehors de ce monopole.
Nul besoin d’un dessin: tout le monde comprend très vite à quoi servirait un monopole de la statistique doublé d’un monopole de l’analyse de ces statistiques.
Contrairement au Maroc, la Tunisie de Ben Ali ne se plaignait pas de la multiplicité des chiffres et de leurs interprétations. Et pour cause, ils étaient rares et tous glorifiaient le gouvernement... Moyennant quoi, ces gouvernants eux-mêmes ne savaient pas que le développement ne concernait qu’un petit bout du pays…
Tout compte fait, on préfèrera un flou irritant à un ordre suicidaire.

 

 

 

 

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Vous êtes déjà abonné à L'Economiste mais vous n'avez pas reçu vos identifiants?
Contactez-nous à l’adresse [email protected] pour les recevoir en indiquant: nom, prénom, email, entreprise, fonction et numéro de téléphone.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc