×
Gâchis
Gâchis Par Ahlam NAZIH
Le 09/08/2022

Contrairement à d’autres pays, au Maroc, que vous soyez diplômé ou pas, cela ne change pas vraiment grand-chose à la probabilité que vous vous retrouviez en dehors du marché de... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter
×

Message d'erreur

  • Notice : Array to string conversion dans views_handler_argument_numeric->title() (ligne 89 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/modules/contrib/views/handlers/views_handler_argument_numeric.inc).
  • Warning : html_entity_decode() expects parameter 1 to be string, array given dans decode_entities() (ligne 463 dans /home/leconomi/public_html/includes/unicode.inc).

Maroc: Après la récession, la croissance à 7,9% en 2021

Par L'Economiste| Le 02/06/2022 - 14:48 | Partager
Maroc: Après la récession, la croissance à 7,9% en 2021

L'économie marocaine a retrouvé la trajectoire de la croissance en 2021. Selon l'arrêté des comptes nationaux de 2021 du Haut-commissariat au plan (HCP), la croissance de l’économie nationale a atteint 7,9% après une profonde récession de 7,2% en 2020 due en particulier à la crise sanitaire.

"Ce rebond est le résultat d’une forte hausse de 17,8% de l’activité agricole suite à une exceptionnelle compagne agricole et de 6,6% des activités non agricoles", souligne ainsi le HCP, ajoutant cette croissance a été tirée par la demande intérieure, et ce, dans un contexte d’une forte inflation et d’une aggravation du besoin de financement de l’économie.

L'année dernière, la demande intérieure a progressé de 9,1% après un repli de 6,5% en 2020, contribuant ainsi pour 9,8 points à la croissance économique nationale au lieu d’une contribution négative de 7,1 points. Dans ce contexte, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 8,2% au lieu d’une baisse de 5,6%, contribuant pour 4,8 points à la croissance au lieu d’une contribution négative de 3,3 points. Même tendance dans la consommation finale des administrations publiques qui a affiché une augmentation de 5,6% au lieu d’une baisse de 0,5%, avec une contribution à la croissance de 1,1 point au lieu d’une contribution négative de 0,1 point.

E.M.G.