×
Dépendance
Dépendance Par Mohamed Ali Mrabi
Le 28/02/2024

«L’IA n’est pas encore partout… Du moins pour le moment!» Cette accroche souvent observée dans les halls des grands salons technologiques, comme le Gitex de... + Lire la suite...

Recevoir notre newsletter

La justice espagnole relance l’affaire Brahim Ghali

Par L'Economiste| Le 19/05/2021 - 09:19 | Partager
La justice espagnole relance l’affaire Brahim Ghali

- Graves accusations contre le chef du Polisario

- Des dissidents portent plainte pour crimes contre l’humanité

La justice espagnole a rouvert un dossier pour crimes contre l'humanité visant le chef des séparatistes du Polisario. Brahim Ghali est hospitalisé depuis avril 2021 dans un établissement de Logroño au nord de l’Espagne. Son hospitalisation est intervenue après avoir contracté le Covid, rapportent ses compagnons cités par l’AFP.

Brahim Ghali a été déjà cité à comparaître le 1er juin devant la justice espagnole suite à une plainte pour «tortures». Elle a été initiée par l’un des dissidents naturalisé espagnol. Le mis en cause devra également se présenter à la barre pour une autre affaire. En effet, l'Association sahraouie pour la défense des droits de l'Homme a également porté plainte il y a des années. Elle accuse le représentant du Polisario pour des présumés crimes contre l’humanité: génocide, torture, assassinats et disparitions), indiquent des sources judiciaires à l'AFP.

D’après la plaignante, ces crimes ont visé des dissidents réfugiés à Tindouf, dans l'ouest de l'Algérie. Vu la gravité des accusations, l’audience nationale devra traiter ce dossier. Ce haut tribunal basé à Madrid a relancé l’affaire en raison de la présence sur le sol espagnol de Brahim Ghali. La police espagnole a pu formellement l'identifier après son hospitalisation. La prochaine étape devrait en toute logique être la convocation du mis en cause devant cette juridiction.

Ces rebondissements judiciaires interviennent après «l’hospitalisation de Brahim Ghali sous un faux nom», selon la diplomatie marocaine. Son accueil a poussé le gouvernement El Othmani à protester officiellement.

F.F.